Terre d’Histoire du Poitou n°9

5 décembre 2014

 

Apollinaire CHRÉTIEN (1880-1917), soldat de Monts-sur-GuesnesApolinaire-CHRETIEN_signature

Le centenaire du début des combats de la Première Guerre mondiale est l’occasion d’évoquer certains de ceux qui sont morts au cours du conflit.
Parmi eux, Apolinaire Chrétien dont le nom figure sur le monument aux morts de Monts-sur-Guesnes et de Faye-la-vineuse (Indre-et-Loire) où il est né le 5 août 1880. Il s’y marie le 24 février 1906 avec Albertine Fuzeau, née à Monts-sur-Guesnes le 24 avril 1888. Apolinaire est alors cultivateur. Le couple a une fille, Lucienne, née le 4 mars 1907, et vit à Monts-sur-Guesnes.

Apolinaire Chrétien est mobilisé dès le 11 août 1914.

Il fait partie du 32e régiment d’infanterie de Châtellerault où il avait été appelé de novembre 1901 à septembre 1902 avant de passer dans la réserve le 1er novembre 1904 (il était donc dans la Vienne avant son mariage). Le 5 septembre 1914, il participe à la première bataille de la Marne et est fait prisonnier le lendemain à Maurains-le-Petit (51). Il est interné à partir du 26 octobre 1914 au Lazaret (quartier d’isolement) du camp de Cassel, en plein cœur de l’Allemagne. Ce camp, d’une capacité de 19.000 prisonniers, va connaître, en 1915, deux épidémies de typhus particulièrement meurtrières. Dans ce camp se trouvent des prisonniers français, russes, anglais, belges et serbes ainsi que des déportés civils dont 400 belges de la tragédie de Dinant. Les survivants de Cassel lui donnent le nom de « camp de la mort ».
Apolinaire Chrétien reste près de 3 ans prisonnier dans ce camp où il décède le 9 août 1917.Lettre_Camp de Cassel-chretien

Le 25 août 1917, une lettre est envoyée par le « Lieutenant-Commandant du camp » de Cassel au Maire de « Mont-sur-Yene (Indre-et-Loire) ». Cette correspondance arrive plusieurs mois plus tard sans doute en raison des difficultés d’acheminement liées au conflit et de l’adresse erronée ! Elle informe le Maire, François Millet-Pichot, du décès d’Apolinaire Chrétien et le charge d’en informer son épouse en précisant « que son mari a laissé une montre en nickel avec sa chaîne, un porte-monnaie contenant la somme de 16 Marks, une caisse contenant sa correspondance et des vêtements ».

La version officielle précise qu’Apolinaire Chrétien est mort « des suites de maladie contractée en captivité ».

Une découverte récente dans les fiches des archives de la Croix Rouge apporte une version précise et différente des événements. On y apprend qu’Albertine, l’épouse d’Apolinaire (qui vit alors « chez Monsieur Savatier à Monts-sur-Guesnes ») fait une demande de renseignements le 22 décembre 1917 car elle est sans nouvelle de son mari depuis le 24 juillet 1917 soit 5 mois ! Cela signifie que la lettre du commandant du camp, adressée le 25 août, n’est pas encore arrivée le 22 décembre !

On y apprend surtout qu’Apolinaire Chrétien se serait en fait donné la mort « au laz. » (pour lazaret). La fiche de la Croix Rouge précise la cause du décès : « Suicide, folie » avec la mention « Ne pas communiquer » !
La Guerre laisse aussi souvent des plaies morales et psychiatriques irréparables.

Apolinaire Chrétien est inhumé à Sarrebourg en Moselle (tombe individuelle n°1212) et à reçu la Croix de Guerre et la Médaille Militaire. Son épouse Albertine ne s’est pas remariée après-guerre. Elle décède à Monts-sur-Guesnes, à son domicile, rue Saint-Avertin, le 31 janvier 1971 dans sa 83e année.

La fille unique d’Apolinaire et d’Albertine, Lucienne, est déclarée le 4 mai 1920 « pupille de la Nation ». Couturière, elle se marie à Monts-sur-Guesnes le 23 octobre 1926 avec Charles Conan, mécanicien. Elle décède, à l’âge de 86 ans, le 25 août 1993 dans sa maison du 21 rue Saint-Avertin où je suis allé plusieurs fois lui porter ses médicaments.

CHRETIEN-1CHRETIEN-2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre d’informations / Newsletter
Réseaux

Retrouvez Bruno BELIN sur les réseaux sociaux :

Facebook   Twitter   Instragram  

Chaîne vidéo

Chaîne vidéo Youtube

Info…
info
Téléchargements

Journal cantonal 2018

 

@brunobelin