Terre d’Histoire du Poitou n°47 : Monts-sur-Guesnes dans L’Illustration du 21 septembre 1935

Vendredi 5 août 2016

Terre d’Histoire du Poitou n°47

 

Monts-sur-Guesnes dans L’Illustration du 21 septembre 1935

 

L'Illustration n°4829

L’Illustration n°4829

L’Illustration est un magazine d’actualité populaire hebdomadaire qui sortira à plus de 5200 numéros entre 1843 et 1944.
Dans son numéro N°4829 du 21 septembre 1935, on peut lire sous la plume de Paul-Émile Cadilhac (page77) les lignes suivantes :

« Une rencontre avec un petit-neveu de Renan

Par des routes perdues, nous sommes arrivés à Monts-sur-Guesnes, dans la Vienne, et le hasard d’un arrêt nous fait rencontrer devant le château, mi-féodal mi-renaissance, qui écrase le hameau un petit-neveu de Renan, le fils d’Alain, le frère d’Ernest et d’Henriette, installé ici comme pharmacien. La figure un peu grasse, avec dans les yeux une malice éveillée et souriante, nous évoque soudain le maître disparu.

Ce château dont nous devisons – maillon aux siècles passés d’une chaîne de places fortes qui commandaient le Poitou – est devenu une auberge. La grande salle, à la cheminée géante, aux poutres apparentes, illustrerait à merveille une page du Capitaine Fracasse. Dans une tourelle d’angle, un étonnant escalier, sculté et orné d’anilaux, de fruits et d’emblèmes, conduit aux combles, dont la charpente, intacte après quatre siècles, se ramifie comme une forêt. La façade sur la cour, malgré ses fenêtres en partie bouchées et de fâcheux tuyaux de descente, demeure d’un style assez pur. L’extérieur, par contre, s’est banalisé. Et l’enceinte, armure de pierre d’une beauté farouche, apparaît déshonorée par des appentis vitrés, des échoppes lépreuses de boue et de paille.

Le château de Monts-sur-Guesnes – hormis son escalier – n’est pas classé. Il faudrait peu de chose pour lui restituer fière allure. Les toits sont bons ; l’auberge ne me gêne pas, car elle en fait une demeure vivante ; mais, de grâce, qu’on jette bas cahutes sordides et cabanes à lapins greffées sur la noble muraille ! »

Henri RENAN (1876-1952), diplômé de la faculté de pharmacie de Paris en 1905, franc-maçon, anti-clérical, s’installe, à 46 ans, le 15 juin 1922 à Monts-sur-Guesnes. Quatre de ses cinq enfants y sont nés entre 1923 et 1929. Il cède son officine à Maurice DELAGARDE (1909-1961) le 1er février 1935 pour s’installer à Chateauroux. L’article de l’Illustration a donc été écrit bien avant sa publication le 21 septembre 1935.

Henri RENAN

Henri RENAN

Le château de Monts-sur-Guesnes avec ses "baraques" au pied du donjon.

Lettre d’informations / Newsletter
Réseaux

Retrouvez Bruno BELIN sur les réseaux sociaux :

Facebook   Twitter   Instragram  

Chaîne vidéo

Chaîne vidéo Youtube

Info…
info
Téléchargements

Journal cantonal 2018

 

@brunobelin