Terre d’Histoire du Poitou n°44 : Charles Gentilleau (1882-1916)

Vendredi 13 mai 2016

Terre d’Histoire du Poitou n°44

Charles GENTILLEAU (1882-1916)

Etat général des services

Etat général des services

Ce soldat de 2ème classe du 77ème régiment d’infanterie est mort au combat il y a 100 ans, jour pour jour, le 14 mai 1916. Né à Thurageau le 5 mars 1882, Charles Joseph Gentilleau est le fils de Jacques Gentilleau, cantonnier, et de Marie Buard. Il est domestique de ferme. En septembre 1902, il est sur Saires, puis, à partir d’octobre 1906, à Berthegon (aux Sables) et s’installe à Monts-sur-Guesnes en juillet 1912. Le 27 juin 1908, il épouse à Berthegon Henriette THOMAS, née en 1886 à Berthegon, cultivatrice à Monts-sur-Guesnes. Le couple n’a pas d’enfant comme le précise Henriette dans une lettre de demande de « secours immédiat » au Ministre de la Guerre en date du 17 août 1916.
Charles Gentilleau effectue son service militaire de novembre 1904 à septembre 1906 au 32ème régiment d’infanterie de Châtellerault (Classe 1902 – « N°26 du tirage dans le canton de Monts-sur-Guesnes »). Il est mobilisé au sein de ce même régiment le 11 août 1914, une semaine après la déclaration de Guerre, et passe le 3 septembre 1914 au 77ème régiment d’infanterie de Cholet-Fontevraud (matricule 014945/769).

Charles Gentilleau est présent en Lorraine en août 1914, puis dans les Ardennes. Il participe à la bataille de la Marne (du 6 au 13 septembre 1914) et à la bataille des Flandres (d’octobre 1914 à mars 1915). Il est ensuite en Artois de mai 1915 à février 1916. Enfin, il arrive sur le secteur de Verdun le mois suivant. Lors de la bataille de Verdun, Charles Gentilleau est blessé et fait prisonnier le 7 mai 1916 sur la côte 304. Il est alors interné à Stenay (Meuse).

Il décède le 14 mai 1916 à l’hôpital militaire de cette commune sur la Meuse au Nord du département qui est la dernière ville reprise par les Alliés le 11 novembre 1918. Après avoir été inhumé provisoirement par les allemands au cimetière militaire de Fontenay, Charles Gentilleau est inhumé au Carré militaire « ossuaire de Stenay » (tombe collective 2). Son nom figure à la fois sur le monument aux morts de Monts-sur-Guesnes et de Berthegon où il s’était marié et avait vécu 6 ans. L’évocation de Charles Gentilleau me donne l’occasion d’une pensée pour la mère de mon grand-père paternel Marie-Louise Gentilleau (1886-1960) dont le mari Honoré Belin (1882-1969) est également un ancien de Verdun.

Certificat de décès

Certificat de décès

Avis de décès de Charles Gentilleau

Avis de décès de Charles Gentilleau

 

 

 

Demande de secours (1)

Demande de secours (1)

Demande de secours (2)

Demande de secours (2)

 

 

 

Lettre d’informations / Newsletter
Réseaux

Retrouvez Bruno BELIN sur les réseaux sociaux :

Facebook   Twitter   Instragram  

Chaîne vidéo

Chaîne vidéo Youtube

Info…
info
Téléchargements

Journal cantonal 2018

 

@brunobelin