Terre d’Histoire du Poitou n°37 : Bernard FOUGERAS (1931-1950)

Vendredi 20 novembre 2015

Terre d’Histoire du Poitou n°37

Bernard FOUGERAS (1931-1950)

Bernard Fougeras

Bernard Fougeras

Deux noms figurent sur le monument aux morts de Monts-sur-Guesnes sur la plaque destinée à se souvenir des soldats tués durant la Guerre d’Indochine, entre 1947 et 1954.
Associé à celui de Jean Bordron (1918-1947) ancien gendarme qui apporta son concours au réseau de Résistance « Les Indépendants de Scévolles », on peut y lire le nom de Bernard Fougeras.

Bernard Fougeras est né à Monts-sur-Guesnes le 27 août 1931 à 17h.
Il est le fils de André Fougeras (1906-1995) et de Jeanne Cador, née en 1908 à Prinçay où ils se sont mariés le 7 juillet 1928. Après avoir été bourrelier jusqu’en 1939, son père entre ensuite à la SNCF. La famille vit alors à la cité des cheminots de Saint-Pierre-des-corps (37). Son grand-père paternel, Clément Fougeras, un temps aubergiste, était « correspondant des chemins de fer » à Monts-sur-Guesnes à son décès le 23 octobre 1911.

Le père de Bernard Fougeras, André, a une sœur, Henriette, née en 1901 à Monts-sur-Guesnes et un frère ainé, Fernand-Alexis, née le 20 octobre 1894 à Monts-sur-Guesnes, « Mort pour la France » au cours de la Première Guerre mondiale, le 17 avril 1917, à l’âge de 23 ans, à l’hôpital d’évacuation de Prouilly (Marne) des suites de blessures.
Cité à l’ordre du régiment le 3 juillet 1916, Fernand-Alexis reçoit la Croix de Guerre.

Cette année-là, le 26 juillet 1916, André Fougeras perd un de ses oncles, Charles Valade (1875-1916), le frère de sa mère, Marceline Valade (1873-1953). Charles Valade est « tué à l’ennemi par éclat d’obus » dans la Somme. Marié, il était père de quatre enfants.

Après avoir perdu un oncle et un frère au cours de la Guerre 14-18, André Fougeras perd son fils Bernard au cours de la Guerre d’Indochine.

Bernard Fougeras s’engage dans la marine pour 5 ans le 9 février 1949. Il a 17 ans. Il fait son apprentissage de mécanicien matelot jusqu’au 1er octobre 1949. Il devient alors matelot mécanicien sur l’Aviso de 2ème classe « Commandant Amiot d’Inville » en surveillance maritime dans les eaux du Tonkin.
Le 2 mars 1950, Bernard Fougeras est reconnu « atteint d’ostéite vertébrale de la région cervicale » (…) « contractée en service » (…) « son apparition favorisée par les conditions de vie à bord ».
L’ostéite est une inflammation du tissu osseux causée par une infection bactérienne due à une où plusieurs bactéries (Escherichia coli, staphylocoque,…). Autrefois appelée « carie des os », elle se caractérise par de fortes fièvres et peut évoluer en septicémie. Le pharaon Ramsès II en mourut.
Le 9 mars, Bernard Fougeras est envoyé à l’hôpital militaire de Haïphong où il décède le 21 mars 1950.
Inhumé sur place dès le lendemain, son corps est exhumé le 9 novembre 1950 et convoyé par bateau jusque Marseille où il arrive fin décembre.

Bernard (à gauche) et Michel Fougeras

Bernard (à gauche) et Michel Fougeras

CI_Bernard Fougeras

Lettre d’informations / Newsletter
Réseaux

Retrouvez Bruno BELIN sur les réseaux sociaux :

Facebook   Twitter   Instragram  

Chaîne vidéo

Chaîne vidéo Youtube

Info…
info
Téléchargements

Journal cantonal 2018

 

@brunobelin