Terre d’Histoire du Poitou N°32 : Gabriel Dupuis

Vendredi 10 juillet

Terre d’Histoire du Poitou N°32

Gabriel DUPUIS, un montois, soldat du régiment de Guyenne, en Nouvelle-France

Signature Gabriel DupuisGabriel DUPUIS est né le 12 janvier 1730 à Monts-sur-Guesnes. Son père, Jean-Maurice, originaire de Paris, est régisseur du château pour le compte de la famille DOUBLET de PERSAN propriétaire de la terre de Monts.Château de Monts-sur-Guesnes-Cour intérieure
En 1748, le royaume rencontre des difficultés en Nouvelle France. Pour renforcer l’armée dans ce pays, Louis XV crée un grand régiment de plus de 3 000 hommes. Les recrutements ont lieu dans tout le pays. Dans notre région, un jeune capitaine, Vincent PATRICE, originaire de Loudun, doit recruter une quarantaine de personnes pour sa compagnie. Gabriel DUPUIS se porte volontaire. Sur le registre d’enrôlement on retrouve son signalement : « taille de 5 pieds 3 pouces 6 lignes (1m72), les cheveux et sourcils châtains, les yeux bleus, le nez gros, la bouche petite, une fossette en-dessous de la lèvre inférieure, le visage vermeil et bien fait ».Drapeau du Régiment de Guyenne Costume_régiment de guyenne

Le contingent, se rassemble à Brest en mars 1755 et embarque début avril sur cinq vaisseaux à destination de la Nouvelle France. Gabriel DUPUY monte à bord du vaisseau l’Illustre, un vaisseau de 64 canons avec les 9 compagnies de son régiment, mais pour permettre le transport de tout ce monde, soit environ 400 hommes, quelques aménagements ont été apportés, à commencer par les canons : on enlève 42 des 64 canons pour faire de la place et gagner du poids ! On a même réduit l’équipage, transformant au pied levé les militaires en marins !

Après une traversée houleuse d’environ 3 mois au cours de laquelle deux des cinq vaisseaux de la flotte française sont pris par les anglais, l’Illustre accoste à Québec le 23 juin 1755.  À son arrivée, la compagnie de Vincent PATRICE est affectée au 2e bataillon du régiment de Guyenne. Ce bataillon est envoyé au fort Frontenac, puis au fort Niagara sur les bords du lac Ontario, afin d’en assurer la défense.Régiment de Guyenne

Dans la région de Fort Duquesne, un affrontement oppose 2 000 soldats britanniques (dont 450 colons) à 900 Français et Indiens. Combattant avec des tactiques « à l’européenne » (ordre serré, colonne de bataille), les Britanniques sont vaincus par les Français qui utilisent des méthodes locales proches de la guérilla (ordre dispersé, tir et repli). Carte Nouvelle France Les affrontements se poursuivent dans les forts tout au long de la frontière. Au Fort Carillon, le Loudunais Vincent PATRICE, capitaine de la compagnie de Gabriel DUPUIS perd la vie. En septembre 1759, dans les plaines d’Abraham, devant Québec, les Britanniques infligent de terribles pertes aux Français qui doivent faire une retraite vers la ville. Le français MONTCALM et l’anglais WOLFE sont tous deux tués. La garnison met bas les armes le 18 septembre. La Royal Navy contrôle désormais le Saint Laurent, la Nouvelle France est ouverte aux armées britanniques.

En octobre 1760, les militaires français doivent quitter la Nouvelle France : les hommes du 2e bataillon sont embarqués sur les navires anglais «Ann», «Amazon», «Hannah» et «Mary Jane» à destination de La Rochelle.  Mais, Gabriel DUPUIS reste au Canada, il assure certainement une charge de «fonctionnaire», ou de «notable» car on peut constater sur les registres de Lachenaie, au nord de Montréal où il réside alors, qu’il est témoin à de nombreux mariages. Il signe d’une façon assez élaborée. 0n peut même remarquer que cette signature comporte sous le prénom, les trois points caractéristiques de l’identification maçonique.carte affrontements

Le 6 février 1769, Gabriel DUPUIS épouse à Lachenaie, Marie-Charles, dite Charlotte VAUDRY, fille de Jacques et Marie-Marthe-Agathe DUBOULT, Acadiens en Nouvelle France depuis au moins trois générations. Le couple donnera naissance le 30 novembre 1769, à un fils, prénommé Jean-Maurice comme son grand-père et qui aura une descendance jusqu’à nos jours, au Canada et aux États-Unis.

Lettre d’informations / Newsletter
Réseaux

Retrouvez Bruno BELIN sur les réseaux sociaux :

Facebook   Twitter   Instragram  

Chaîne vidéo

Chaîne vidéo Youtube

Info…
info
Téléchargements

Journal cantonal 2018

 

@brunobelin