Terre d’Histoire du Poitou n°29 : René DEBLAIS (1887-1924)

Vendredi 12 juin
Terre d’Histoire du Poitou n°29

René Déblais (1887-1924) ou l’histoire simple d’un menuisier de Monts-sur-Guesnes

Signature de René Déblais (1887-1924) en 1920

Signature de René Déblais (1887-1924) en 1920

René Édouard Déblais est né à Monts-sur-Guesnes le 27 octobre 1887 à midi. Il est le fils de Louis Déblais (1846-1920), menuisier et d’Adèle Patri, modiste, née le 21 décembre 1848, parents jusque-là sans enfant, mariés 14 ans plus tôt, à Monts-sur-Guesnes, le 21 octobre 1873.
Son grand-père paternel, Louis Déblais (1802-1847) était tisserand à Monts-sur-Guesnes et son arrière-grand-père Louis Déblais (1771-1847) était « chaufournier » aux Chauleries. Il y fabriquait de la chaux.

Une petite sœur naîtra deux ans plus tard, Marie Séraphie Déblais, née le 5 octobre 1889 à Monts-sur-Guesnes. Elle épouse le 1er décembre 1915 Marcel Lecomte, un épicier de Loudun, né à Paris le 3 mars 1888. Les témoins de leur mariage sont Edmond Porcher, Procureur de la République, le Docteur Delaroche de Loudun, Gustave Gallois, épicier à Monts-sur-Guesnes, et Georges Millet (1864-1928), fils du maire de Monts-sur-Guesnes qui officie, François Millet-Pichot (1842-1926), et lui-même futur maire du village (de 1926 à 1928). Du beau monde !
Marie Séraphie Déblais-Lecomte, modiste au moment de son mariage, est décédée le 23 janvier 1956 à Loudun « en son domicile rue Grand’cour ». Elle avait 66 ans.

Comme tous les hommes nés en cette fin du XIXe siècle, René Déblais est mobilisé le 3 août 1914. Il est affecté au 109e Régiment d’artillerie lourde. Sa fiche-matricule (« classe 1907 ») précise qu’il mesure 1,74m, qu’il a les yeux gris foncé, les cheveux et sourcils noirs.

Citation décembre 1917

Citation décembre 1917

Du 15 novembre 1916 au 13 août 1918, René Déblais part avec l’Armée d’Orient. Au cours de cette période, il reçoit la « médaille d’or de la bravoure pour service rendu sur le front de Salonique pendant la guerre au cours de 1916-1917 ». Cette décoration est assortie d’une citation « Au nom de sa majesté Pierre 1er, roi de Serbie » (décembre 1917). Sur la fin du conflit, il fait l’objet d’une autre citation pour avoir participé à un convoi de ravitaillement.

René Déblais est démobilisé le 5 juin 1919 et reprend, le 15 juillet 1919, son activité de menuisier. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, il est toujours célibataire. Lors du recensement de 1921, il a 34 ans et habite « rue des Halles » (actuellement la rue du château) avec sa mère, Adèle, âgée de 73 ans, veuve depuis avril 1920.
Finalement, il se marie le 12 avril 1923 à Champigny-sur-Veude (Indre-et-Loire) avec Yvonne Aurélie Marie Gautier, née le 9 septembre 1890. Elle est la fille d’un ferblantier. Un contrat de mariage est signé le même jour chez Maître Genevoix, notaire à Champigny-sur-Veude. Le couple n’aura pas d’enfant.

Moins de dix mois après son mariage, René Déblais meurt « en son domicile à Monts » le 3 février 1924. Il a 36 ans. Son décès est déclaré par ses beaux-frères Raoul Gautier, 37 ans, peintre à Champigny-sur-Veude et Marcel Lecomte, le mari de sa sœur, 36 ans, épicier à Loudun.

Quelle est la cause de son décès ? Des suites de la Guerre ? Sa fiche-matricule n’indique rien à ce sujet. Ni blessé, ni gazé.

La lecture des ordonnanciers de la pharmacie de Monts-sur-Guesnes, tenue alors par Henri Renan, permet d’envisager une cause possible du décès de cet homme encore jeune.

Ordonnancier de la pharmacie de Monts-sur-Guesnes (1923)

Ordonnancier de la pharmacie de Monts-sur-Guesnes (1923)

On y découvre que René Déblais a reçu tout au long de l’année 1923 plusieurs traitements qui tendent à penser qu’il souffre d’insuffisance respiratoire importante. On y trouve des prescriptions à base de teinture de noix vomique, de dérivés de théophylline, ou encore d’Arrhénal associé à du sulfate de strychnine, un alcaloïde très toxique extrait de la noix vomique qui était alors utilisé pour augmenter l’amplitude respiratoire. Il fut utilisé comme produit dopant par les vainqueurs du marathon aux jeux olympiques de 1904 (Thomas Hicks) et 1908 (Dorando Pietri déclassé après avoir été soutenu à quelques mètres de l’arrivée). L’Arrhénal des laboratoires Adrian était notamment indiqué à l’époque dans le traitement de l’asthme ou la tuberculose comme le précise son conditionnement.

L'Arrhénal

L’Arrhénal

René Édouard Déblais est inhumé au cimetière de Monts-sur-Guesnes.
Sa veuve, Yvonne Gautier, a alors 34 ans. Elle ne se remariera pas. Elle décède à Feneu (Maine-et-Loire) le 25 novembre 1961, à l’âge de 71 ans.

Pierre tombale de René Déblais (1887-1924) : "Ici repose René Déblais décédé le 3 février 1924 dans sa 37è année. Priez Dieu pour lui"

Pierre tombale de René Déblais (1887-1924) : « Ici repose René Déblais décédé le 3 février 1924 dans sa 37è année. Priez Dieu pour lui »

Lettre d’informations / Newsletter
Réseaux

Retrouvez Bruno BELIN sur les réseaux sociaux :

Facebook   Twitter   Instragram  

Chaîne vidéo

Chaîne vidéo Youtube

Info…
info
Téléchargements

Journal cantonal 2018

 

@brunobelin