Mardi 05 septembre 2017

Terre d’Histoire du Poitou n°50

Le projet de collège de Monts-sur-Guesnes au début des années 1960.

Tout débute en 1959, avec la réforme de Jean Berthoin, Ministre de l’Éducation nationale de 1958 à 1959 sous Charles de Gaulle. Cette réforme consiste à remplacer les cours complémentaires par des collèges d’enseignement général (CEG) et des groupes d’observation dispersés (préfigurations des CEG). À cela s’ajoute un accroissement de la population qui engendre des besoins importants en matière d’enseignement. En 1959, il n’existe que 14 cours complémentaires dans la Vienne.

À cette époque, le Conseil Général, dont Jacques Masteau est Président, a pour mission de se prononcer régulièrement sur les priorités des projets scolaires pour lesquels ils sont sollicités par les communes. La liste est longue avec 16 projets d’extensions ou de constructions de collège d’enseignement général dans la Vienne :
Civray, Lusignan, Poitiers, Couhé, Saint-Savin, La Roche-Posay, Mirebeau, L’isle-Joudain, Gençay, Lencloître, Lussac, Vivonne, Chauvigny, Vouneuil, Dangé-Saint-Romain, et Buxerolles.

Dans le Nord du département, des groupes d’observation dispersés ont été créés à Lencloître, Saint-Jean-de-Sauves et Saint-Gervais-les-Trois-Clochers. Ils ouvriront en tant que collège respectivement en 1965, 1967, 1969.

Au fil des projets, le Conseil Général s’aperçoit que le Gouvernement ne prend pas ses responsabilités. Les crédits affectés aux projets sont insuffisants et entrainent des retards de travaux. Le Conseil Général dans son rôle de proximité, puise dans la caisse afin de venir en soutien aux communes. De plus, l’Assemblée départementale alarme à plusieurs reprises le Gouvernement sur la situation des collèges ruraux. Sans réponse. En 1964, le Président du Conseil Général, intervient publiquement affirmant qu’« il faudrait un collège dans chaque canton ! »

Lors de la session extraordinaire de novembre 1964, la situation évolue. Deux conseillers généraux sont déterminés à avoir un collège sur leur canton. Il s’agit de Gilbert Roy (tout juste élu Conseiller Général du canton de Monts-sur-Guesnes à la place de son père Alfred Roy) et Dr Paul Guichard des Anges, élu d’Availles-Limousine. Ce dernier dénonce l’absence de collège dans les campagnes et les contraintes de trajets imposées aux enfants. La commission rejette pour autant ses propositions, notamment celles formulées pour Availles et Monts-sur-Guesnes. Gilbert Roy, conteste la décision illustrant un effet centralisateur plutôt que décentralisateur.

Malgré le soutien de l’Assemblée départementale, Monts-sur-Guenes, Availles ainsi que La Trimouille et La Villedieu n’auront pas leur collège, en raison du nombre insuffisant d’élèves scolarisés*. René Monory évoque alors l’idée de faire sortir les communes de Claunay et Maulay du canton de Loudun pour les rattacher à celui de Monts-sur-Guesnes et donc augmenter sa population. Cette proposition sera refusée.

Le vœu est renouvelé pour ces cantons en 1965 et reçoit un non définitif par le Ministre de l’Éducation nationale, Christian Fouchet. Cependant il confirme les projets de Lusignan, Poitiers, Couhé-Vérac ainsi qu’un collège d’enseignement technique (CET) à Montmorillon.

Le projet de collège à Monts-sur-Guesnes est évoqué pour la dernière fois, en 1967, lors de la présentation du préfet sur l’exécution du Ve plan dans la Vienne qui reprend alors le projet de collège à Dangé-Saint-Romain, L’Isle-Jourdain, Vivonne et Saint-Savin. Le Conseiller Général de Monts-sur-Guesnes atteste la décision mais demande compensation « nous n’avons pas pu obtenir de CEG et j’estime par conséquent que quelque chose doit être fait pour mon chef-lieu de canton, sinon je n’ai rien à faire ici ».

L’emplacement du collège de Monts-sur-Guesnes est fixé sur un terrain situé en bordure de D14, face au Cheval Blanc, dénommé la pièce de la Mare. Faute de collège, ce terrain accueille en 1975 les premiers 9 logements HLM de la commune.

 

 

*Le ministère de l’éducation nationale fixe les normes suivantes en 1967 : 600 élèves pour 1350 logements, 900 élèves pour 2000 logements et 1200 élèves pour 2700 logements.

 

 

« Terre d’Histoire du Poitou » déjà publiées :

Terre d’Histoire du Poitou n°49 : Isabelle Douteau, première femme élue dans la Vienne.

Terre d’Histoire du Poitou n°48 : Qu’est-il arrivé à Arthème BOURREAU ?

Terre d’Histoire du Poitou n°47 : Monts-sur-Guesnes dans L’Illustration du 21 septembre 1935

Terre d’Histoire du Poitou n°46 : Alfred Pinard (1880-1916)

Terre d’Histoire du Poitou n°45 : Charles Valade (1875-1916)

Terre d’Histoire du Poitou n°44 : Charles Gentilleau (1882-1916)

Terre d’Histoire du Poitou n°43 : Georges Martinet (1895-1916)

Terre d’Histoire du Poitou n°42 : Un projet de « base de loisirs » en 1973

Terre d’Histoire du Poitou n°41 : Où est passé Guy Odart (1320-1369) seigneur de Monts ?

Terre d’Histoire du Poitou n°40 : Le village aux 3 mairies

Terre d’Histoire du Poitou n°39 : Henry Orillard (1791-1863)

Terre d’Histoire du Poitou n°38 : Un garage devant le château

Terre d’Histoire du Poitou n°37 : Bernard Fougeras (1931-1950)

Terre d’Histoire du Poitou n°36 : Antigny : cinq générations de tailleurs

Terre d’Histoire du Poitou n°35 : Les recensements de Monts-sur-Guesnes de 1821 à 2015

Terre d’Histoire du Poitou n°34 : Le Docteur Edmond BONNAUD (1920-2010)

Terre d’Histoire du Poitou n°33 : Antonin Ouvrard (1879-1915)

Terre d’Histoire du Poitou n°32 : Gabriel Dupuis

Terre d’Histoire du Poitou n°31 : Marcel Gouin (1894 – 1959)

Terre d’Histoire du Poitou n°30 : Les Maires de Monts-sur-Guesnes

Terre d’Histoire du Poitou n°29 : René Déblais (1887-1924)

Terre d’Histoire du Poitou n°28 : 1939-1945 : 7 « Morts pour la France »

Terre d’Histoire du Poitou n°27 : Le couvent des Cordelières

Terre d’Histoire du Poitou n°26 : David Goldstein (1932-1942)

Terre d’Histoire du Poitou n°25 : Jean-Baptiste Béasse (1782-1861)

Terre d’Histoire du Poitou n°24 : Louis André Joseph Duchesnes (1890-1949)

Terre d’Histoire du Poitou n°23 : Les Conseillers généraux du canton de Monts-sur-Guesnes

Terre d’Histoire du Poitou n°22 : Le logis de Crouailles

Terre d’Histoire du Poitou n° 21 : Christiane Bassereau, première femme élue à Monts-sur-Guesnes

Terre d’Histoire du Poitou n°20 : Docteur Antoine Samuel Chédevergne (1834-1902)

Terre d’Histoire du Poitou n°19 : Fernand Fougeras (1894-1917)

Terre d’Histoire du Poitou n°18 : Docteur Louis Ernest Rolland (1883-1919)

Terre d’Histoire du Poitou n°17 : Docteur Eugène-Adolphe Guiet (1857-1901)

Terre d’Histoire du Poitou n°16 : Pierre André Ambroise (de) Salles (1781-1862)

Terre d’Histoire du Poitou n°15 : Jean Montault-Grillaud (1798-1857)

Terre d’Histoire du Poitou n°14 : Jean Bordron (1918-1947)

Terre d’Histoire du Poitou n°13 : Les élections municipales du 29 avril 1945

Terre d’Histoire du Poitou n°12 : Léopold-Jacques Chaussat

Terre d’Histoire du Poitou n°11 : Abel Ravion (1889-1915)

Terre d’Histoire du Poitou n°10 : Le théâtre de la Montjoie

Terre d’Histoire du Poitou n°9 : Apollinaire CHRÉTIEN (1880-1917)

Terre d’Histoire du Poitou n°8 : Hardouin de Péréfixe (1605-1671)

Terre d’Histoire du Poitou n°7 : René de Villequier, « l’homme d’Henri III »

Terre d’Histoire du Poitou n°6 : Les Bérenger père et fils, élus de Monts-sur-Guesnes

Terre d’Histoire du Poitou n°5 : Les journées du 19 et 20 août 1944

Terre d’Histoire du Poitou n°4 : François Millet-Pichot (1842-1926)

Terre d’Histoire du Poitou n°3 : Les Indépendants de Scévolles

Terre d’Histoire du Poitou n°2 : Louis XI et Monts-sur-Guesnes

Terre d’Histoire du Poitou n°1 : 1er octobre 2014 à Colombey-les-Deux-Eglises


Les droits relatifs à la rubrique « Terre d’Histoire du Poitou » sont la propriété exclusive de Bruno Belin.

 

 

 

Lettre d’informations / Newsletter
Réseaux

Retrouvez Bruno BELIN sur les réseaux sociaux :

Facebook   Twitter   Instragram  

Chaîne vidéo

Chaîne vidéo Youtube

Info…
info
Téléchargements

Journal cantonal

 

@brunobelin