Pour visualiser correctement ce message, affichez la version en ligne

 

Vendredi soir dernier, tous les Maires de France ont eu la surprise de recevoir un mail de leur préfecture respective, les invitant à indiquer par oui ou par non, si les conditions préconisées par le Comité Scientifique leur semblaient réunies pour maintenir les élections régionales et départementales en juin prochain. Une initiative louable au premier abord, si l’on fait abstraction de la déstructuration du message gouvernemental.

Les associations des Maires, Présidents de Départements et Régions (en concertation avec les élus locaux) avaient d’ores et déjà fait part de leur positionnement au Premier Ministre le 8 avril dernier.

De plus, les Maires sont certes sollicités à donner leur avis, mais dans un délai extrêmement court. On leur demande de répondre dans les 48 heures qui suivent la réception du message afin de transmettre leur réponse lors des débats parlementaires les 13 et 14 avril. Je déplore la méthode utilisée, qui revient à faire porter la responsabilité d’une telle décision aux élus locaux.

La loi du 22 février 2021, prévoit un protocole sanitaire renforcé afin de veiller au bon déroulement du scrutin. De plus comme l’indique le Comité Scientifique dans son rapport du 29 mars, 30 millions de personnes devraient être vaccinées lors des élections.

Si, tel que nous le dit le Président de la République lors de son allocution le 31 mars, une (ré)ouverture des écoles est programmée pour fin avril, début mai, une (ré)ouverture des milieux culturels est programmée pour mi-mai, alors pourquoi remettre en cause les élections, et mettre à mal le pouvoir démocratique ?

Au vu de tous ces éléments un quelconque second report des élections n’aurait pas de valeur constitutionnelle. La démocratie est une chance. Préserver la santé est un devoir. Cela ne me semble pas pour autant contradictoire, j’appelle donc le Gouvernement a prendre ses responsabilités.

C’est dit !

 

Médias

Les aides-soignants à domicile ne lâchent pas le morceau
(9 avril 2021- La Nouvelle République)

 

Timeline Twitter

En images


Pensées pour le Président Monory qui nous a quitté il y a 12 ans le 11 avril 2009

Mentions légales - Contact - Se désinscrire

 

 

 

 

 

Reésaux sociaux