Archives 2018 « C’est lundi, c’est dit ! »

La protection de l’enfance, grande priorité du Département – Lundi 26 novembre 2018
Des projets et… pas de hausse de la fiscalité ! – Lundi 19 novembre 2018
Paris 2024 dans la Vienne aussi ! – Lundi 12 novembre 2018
Le point sur les priorités départementales – Lundi 5 novembre 2018
Une semaine, deux avancées ! – Lundi 15 octobre 2018
Les élus ruraux sont de bons gestionnaires ! – Lundi 8 octobre 2018
Les conditions de l’avenir de l’aéroport – Lundi 1er octobre 2018
Mobilisé par l’avenir de notre territoire – Lundi 24 septembre 2018
Plan Pauvreté : des intentions… et après ? – Lundi 17 septembre 2018
Le Département aime le patrimoine de la Vienne – Lundi 10 septembre 2018
L’éducation est une priorité ! – Lundi 3 septembre 2018
Un raccourci pour le moins inadapté ! – Lundi 9 juillet 2018
Mobilisés pour la RD347 – Lundi 2 juillet 2018
Je ne veux pas d’une Viennolienne ! – Lundi 25 juin 2018
Poitou numérique – Lundi 18 juin 2018
Fiers de nos sapeurs-pompiers ! – Lundi 11 juin 2018
Innover pour nos aînés : une priorité ! – Lundi 4 juin 2018
Plus vite, plus haut, plus fort – Lundi 28 mai 2018
Exemplaires – Lundi 14 mai 2018
Les Heures Vagabondes – Lundi 30 avril 2018
Semaine de la vaccination : la Vienne se mobilise – Lundi 23 avril 2018
Le Département, le dernier rempart pour les Communes – Lundi 16 avril 2018
Il y a urgence à penser aux patients ! – Lundi 09 avril 2018
Spécial 100ème – Lundi 26 mars 2018
La vaccination, un devoir – Lundi 19 mars 2018
Mobilisés pour l’avenir de l’aéroport – Lundi 12 mars 2018
Objectif Vienne ! – Lundi 5 mars 2018
Vague de froid : merci aux équipes des routes pour leur mobilisation – Lundi 12 février 2018
Le tourisme dans l’ADN de la Vienne – Lundi 5 février 2018
Oui au déploiement de la 4G – Lundi 22 janvier 2018
Urgence – Lundi 15 janvier 2018
Mobilisés pour la Vienne – Lundi 8 janvier 2018

 


La protection de l’enfance, grande priorité du Département 

Aujourd’hui s’ouvre la deuxième séance annuelle de l’Observatoire de la protection de l’enfance pour un point d’actualité, dresser un premier bilan du schéma 2015-2019, et réfléchir sur le futur schéma des solidarités 2020-2024.

Dans la Vienne, la protection de l’enfance a énormément évolué depuis 2008 avec la création de nouvelles structures et des extensions de capacité. Ainsi depuis 10 ans, on dénombre 11 appels à projets, des créations d’établissements et 21 ouvertures de places. Cela se traduit par plus de 575 places en milieu ouvert, un dispositif de prévention sous forme d’un accueil de jour pour 20 familles avec enfant de moins de 6 ans, mais aussi près de 20 places d’accueil d’urgence dont 15 pour les Mineurs Non Accompagnés, 30 places de Maison d’enfants à caractère social et 139 places pour les Mineurs Non Accompagnés…

Nous avons également mis en œuvre des outils performants de planification et de pilotage. Ainsi, après un Schéma petite enfance et un Schéma protection de l’enfance pour la période 2010-2015, un schéma unique enfance famille court jusqu’en 2019. En 2008, alors vice-président en charge de l’actions sociale, j’ai installé l’Observatoire départemental de la protection de l’enfance pour favoriser les relations et collaborations entre les différents acteurs du secteur. Des études ont également été menées depuis cette date, que ce soit sur les besoins des enfants confiés, l’accueil d’urgence, les enfants placés à l’aide sociale à l’enfance… Nous avons également élaboré des documents techniques de référence à destination des professionnels.

Des évolutions qui, aujourd’hui, se traduisent par une diminution de 150 enfants placés, en dehors des Mineurs Non Accompagnés mais aussi une progression des indicateurs de prévention en Protection Maternelle et Infantile. En 2018, le Département consacre plus de 52 M€ à la protection de l’enfance, soit 10 % de son budget.

C’est dit !

 

Des projets et… pas de hausse de la fiscalité !

2015-2018 : trois ans d’une mandature avec en ligne de mire une feuille de route respectée. Nous allons même au-delà !

En effet, la majorité départementale qui portait un vrai projet a aujourd’hui réalisé plus de 211 M€ d’investissement. Oui, plus de 211 millions d’euros rien que sur quatre de nos politiques prioritaires que sont, notamment, les aides aux communes et le numérique. Dans le cadre du programme Activ nous avons investi plus de 106 M€ et par conséquent pour les entreprises locales et l’économie de proximité. Ce sont aussi 40,2 M€ pour les collèges, dont la création d’un trente-cinquième établissement à Vouneuil-sous-Biard… qui n’était pas annoncé. Il portera le nom du Président René Monory qui a tant fait pour le Département, mais aussi pour l’Education nationale dont il a été le Ministre.

Investissements encore avec 52 M€ pour les routes et plus de 12M€ pour le numérique. A ces 211 M€ investis depuis le début de la mandature, il faut ajouter les investissements réalisés par la SEM patrimoniale de la Vienne, ceux dans les EHPAD, dans l’entretien et la construction de casernes de pompiers… Soit plus de 250 M€ au total. Ainsi donc, comme nous l’avions annoncé nous allons consacrer 20% de notre budget, voire davantage, aux investissements créateurs de richesse, d’attractivité et d’emplois. Notre engagement à mi-mandat est clair alors que nous sommes en train de bâtir le budget 2019 : pas de hausse d’impôts, un budget de fonctionnement stabilisé et une maîtrise de notre endettement… alors même que nous avons toujours d’importants projets pour l’avenir de la Vienne – que ce soit l’Aréna Futuroscope ou l’Historial du Poitou – pour son développement, pour son rayonnement !

C’est dit !Remonter

 

Paris 2024 dans la Vienne aussi !

Du 7 au 9 novembre dernier, j’ai participé, avec une délégation d’élus de la Vienne, à Rennes, au congrès de l’Assemblée des Départements de France (ADF). L’occasion de faire le point sur la mission d’élu référent de l’ADF auprès des instances organisatrices des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 que m’a confiée le Président Dominique Bussereau. Avec Tony Estanguet, Président du Comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques, nous avons présenté aux présidents des Départements de France notre stratégie pour ces jeux qui se dérouleront du 26 juillet au 11 août 2024 et du 28 août au 8 septembre 2024 pour les Jeux Paralympiques.

Après avoir rencontré, dès septembre, les représentants des instances olympiques afin de réaffirmer la volonté des Départements de s’engager pour la réussite des Jeux, nous avons dressé les contours de leur participation à cette aventure sportive et humaine. A titre d’exemple, 600 centres de préparation seront sélectionnés par le Comité International Olympique à travers la France. Nous espérons d’ailleurs que l’Aréna Futuroscope sera labélisée pour accueillir des délégations des pays avec qui nous entretenons des liens forts de coopération, comme le Burkina Faso et Haïti. C’est aussi le parcours de la flamme olympique dont notre souhait est qu’elle traverse l’ensemble des 101 Départements français. L’Assemblée des Départements de France aura aussi à cœur d’associer les jeunes à cet élan sportif pour devenir, par exemple, l’un des 70 000 futurs volontaires des Jeux Olympiques et Paralympiques. Les bénéficiaires du RSA pourront également devenir des partenaires actifs de cette manifestation. L’Assemblée des Départements de France souhaite que l’ensemble des territoires français s’approprient cet événement bien avant 2024. Pour cela, des opérations existent déjà telles que la semaine de l’Olympisme qui se tiendra du 4 au 9 février prochain ou bien encore la journée de l’Olympisme le 23 juin. De nombreuses manifestations en direction des collégiens, des personnes handicapées, des personnes âgées et du grand public seront proposées dans la Vienne lors de ces deux événements. Autant d’occasions pour faire rayonner l’esprit des Jeux dans notre Département et dans toute la France.

C’est dit !

Remonter

Le point sur les priorités départementales

Devant près de 230 maires du Département, j’ai fait un troisième point d’avancement sur les 14 priorités que nous avons à décliner dans les deux ans à venir. Ainsi d’une manière non exhaustive, on notera que l’aide aux communes, quelle que soit leur taille, reste une de nos priorités. En 2018, 60 M€ de travaux ont été engagés et sept contrats de territoires ACTIV2 ont été signés avec les EPCI pour 6 M€ par an. Pour 2019, on poursuit sur la même lancée avec le maintien des aides ACTIV 3 jusqu’en 2021. Les agglomérations ne sont pas écartées puisque des contrats de territoires ont été signés avec le Grand Poitiers (6M€) et le Grand Châtellerault (plus de 3,4 M€). En matière de téléphonie, nous avons obtenu l’implantation de deux pylônes avec 4 opérateurs chacun à Roiffé et à Romagne. En 2019, nous maintiendrons la pression et demanderons quatre nouveaux pylônes multi-opérateurs et espérons obtenir, d’ici fin 2020, des engagements fermes pour l’implantation de pylônes sur les 11 sites que nous avons retenus comme prioritaires. Un pylône est en phase d’installation à Mauprévoir. L’amélioration de la couverture internet est aussi sur la bonne voie avec un objectif de 95 % des lignes éligibles en haut débit avant 2020.

De plus, dans le dossier de la RN 147 nous avons, enfin, été entendus par l’Etat pour que le tracé étudié respecte celui de l’actuelle route nationale et pour qu’il prenne en compte les opérations existantes, telle que la déviation de Fleuré ou celles à venir de la déviation de Lussac-les-Châteaux. C’est la seule solution pour réduire les délais et les coûts au maximum et utiliser le moins possible de surfaces agricoles. Faciliter et sécuriser les déplacements passent par des investissements de taille. Ainsi 3,9 M€ de gros travaux ont été programmés cette année et 4 M€ sont envisagés sur le budget 2019. Les collégiens ne sont pas oubliés avec le lancement des études pour un 35e collège (20 M€) ainsi que la programmation de la rénovation du collège Henri IV (12 M€). Une nouvelle politique de restauration collective va également être lancée pour aboutir à une tarification unique dans l’ensemble des collèges du Département. Dans un même état d’esprit nous souhaitons aider les jeunes à s’épanouir avec la mise en place d’un plan jeunesse pour, notamment, promouvoir l’égalité des chances et accompagner l’émancipation des jeunes.

Coté culture, 2019 verra le renouvellement des incontournables Heures Vagabondes, mais aussi le développement des Heures Bleu de la Vienne, de Notes en scène, de Lire en Vienne… On pourrait aussi citer notre engagement pour le maintien de l’aéroport, nos efforts en matière de logements, nos engagements constants envers les plus démunis…

Des priorités certes mais cela n’empêche pas de réfléchir sur d’autres projets innovants et novateurs. Ainsi, alors même que cela ne figurait pas sur la feuille de route de la majorité départementale, nous avons voté la création d’une salle digne de ce nom, l’Aréna Futuroscope, mais aussi la création de l’Historial du Poitou à Monts-sur-Guesnes. Autant de projets qui feront rayonner notre Département.

C’est dit !Remonter

 

Une semaine, deux avancées !

Et ce n’était pas gagné ! Première avancée concernant la téléphonie mobile. Malgré les annonces de l’Etat, à grand renfort de communication, en janvier 2018 sur le déploiement des pylônes dans toute la France, rien n’a été fait. Ah si, les opérateurs en contrepartie de ces installations… inexistantes, ont vu leur redevance diminuée ! Avec Séverine Saint-Pé, vice-présidente en charge de l’aménagement numérique, nous avons obtenu, grâce à notre mobilisation, l’implantation, dès la première vague, de deux pylônes avec 4 opérateurs chacun à Roiffé et à Romagne. En  2019, nous maintiendrons la pression et demanderons quatre nouveaux pylônes multi-opérateurs. Nous ne lâcherons rien et espérons obtenir, d’ici fin 2020, des engagements fermes pour l’implantation de pylônes sur les 11 sites que nous avons retenus comme prioritaires. A noter qu’un pylône est en phase d’installation à Mauprévoir.

La deuxième belle avancée concerne le dossier de l’aménagement de la RN 147 qui, selon les archives de l’Automobile Club, est en discussion depuis 1954. 64 ans pour s’interroger sur l’aménagement d’un axe réputé comme l’un des plus accidentogènes de France ! Après la mise en place du premier comité de pilotage pour étudier la faisabilité d’une autoroute concédée entre Poitiers et Limoges, le 15 octobre dernier, nous avons, enfin, été entendus par l’Etat pour que le tracé étudié respecte celui de l’actuelle RN 147. Mais aussi pour qu’il prenne en compte les opérations existantes, telle que la déviation de Fleuré ou celles à venir de la déviation de Lussac-les-Châteaux. Avec Gilbert Beaujaneau, vice-président en charge des routes, cela nous semble la seule solution pour réduire les délais et les coûts au maximum et utiliser le moins possible de surfaces agricoles. On continue. On lâche rien !

C’est dit !Remonter

 

Les élus ruraux sont de bons gestionnaires !

L’Association des maires ruraux de France et la Banque postale collectivités locales viennent, dans le cadre d’une étude, de poser un regard financier sur les communes de France de moins de 3 500 habitants. Dans la Vienne cela concerne 250 communes. Il ressort de cette étude, dont les conclusions ont été présentées en septembre dernier lors du Congrès national des maires ruraux de France, qu’en 2017, le montant total des interventions dans les 32 227 communes rurales s’élève à près de 22 milliards d’euros. Soit donc 24.8 % du montant total des dépenses de l’ensemble des communes, alors même qu’elles  représentent 33 % de la population.

Si les communes rurales dépensent moins, 30 % de leurs dépenses sont affectés à l’investissement. Ce chiffre tombe à 21% dans les communes de plus de 3 500  habitants. Le Département de la Vienne est le premier partenaire des communes rurales avec la mise en place du dispositif Activ’. Ce soutien qui représente près de 70 millions d’euros depuis 2015 doit permettre aux collectivités d’investir et de soutenir l’activité ainsi que l’emploi local.  En 2017, près de 400 demandes de subventions ont été traitées et plus de 30 millions d’euros de travaux engagés. Malgré le désengagement de l’Etat, j’ai fait la promesse de maintenir cette participation auprès des communes rurales.

Parallèlement, le recours à l’emprunt des petites communes est limité. L’encours de la dette s’élevant à 13,6 milliards d’euros, soit 634 € par habitant… Soit près de deux fois moins que le reste des communes qui sont, elles, à 1 133 € par habitant. Leur capacité de désendettement est de 3,9 ans, contre 6,5 ans en moyenne nationale.

Ainsi, si des disparités existent au niveau national, notamment en matière géographique, il s’avère que les communes rurales sont de bonnes gestionnaires avec des dépenses en baisse, mais des investissements toujours en hausse. A l’heure où l’on parle de regroupement à tout prix des communes rurales, il est bon de noter que la ruralité a encore et toujours un vrai rôle à jouer dans notre économie. Les maires de 250 communes rurales de la Vienne le savent bien.

C’est dit !Remonter

 

Les conditions de l’avenir de l’aéroport

J’ai souhaité faire un point complet sur l’avenir de l’Aéroport Poitiers-Biard à l’occasion de la Décision Modificative du Budget de la semaine dernière. J’ai tenu à rappeler que le Département de la Vienne est prêt à le conduire à 7 conditions « sine qua non ».
La première d’entre elles est la mise en place d’une gouvernance claire et forte dans le cadre de la rénovation des statuts du Syndicat Mixte avec la sortie de la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Vienne.

Compte tenu de ce retrait, il est indispensable que Grand Poitiers s’engage à augmenter sa participation de 100 K€ et passe de 760 K€ à 860 K€ par an dès 2019. De son côté, l’engagement du Département de la Vienne progressera de 18,5 % à 900 K€ par an.

Parallèlement, l’Etat doit s’engager à maintenir la capacité de fonctionnement de l’aéroport dans les conditions actuelles et la Région Nouvelle-Aquitaine, qui a validé la place de l’Aéroport Poitiers-Biard dans le Schéma aéroportuaire régional, doit poursuivre sa participation financière à la même hauteur qu’actuellement.

Enfin, il est essentiel de trouver de nouvelles recettes budgétaires pour le Syndicat Mixte à l’appui d’une stratégie de développement et de communication offensive.

L’aéroport de Poitiers-Biard est indispensable à l’attractivité de la Vienne. Sa viabilité ne fait aucun doute. J’y apporte toute mon énergie et ma détermination. Je souhaite que chacun des acteurs associés à ces 7 conditions partage cette volonté forte et s’engage à mes côtés pour lui donner un nouveau souffle.

Je suis en attente de réponse à ma demande d’entretien auprès de la Ministre des Transports, Elisabeth Borne, pour évoquer l’avenir de l’aéroport et la RN147. Je suis disponible à sa convenance…

C’est dit !Remonter

 

Mobilisé par l’avenir de notre territoire

En ouverture de la session budgétaire de rentrée, j’ai souhaité rappeler quelques sujets d’actualité particulièrement sensibles pour notre département.

Tout d’abord, la situation de fragilité dans laquelle de nombreuses Communes se retrouvent du fait de la baisse des dotations de l’Etat. Certaines sont déjà au bord du naufrage, ce qui va imposer la mise en place d’un « plan ORSEC » de soutien pour les aider à maintenir une capacité d’investissement.

Autre sujet d’extrême importance : la RN147. Le Département s’est engagé dans le contrat de Plan Etat-Région 2015-2022 à hauteur de 37 millions d’euros, pour le contournement de Lussac –Les-Châteaux et les études à Mignaloux-Beauvoir. Au-delà, avec mes collègues Présidents des Départements des Deux-Sèvres et de la Haute-Vienne, nous sommes mobilisés depuis plus d’un an, pour anticiper au plus vite la phase suivante de l’aménagement de cet axe structurant pour la liaison est-ouest de la France. Je ne comprends pas que d’autres projets puissent recevoir l’écoute de la Ministre des Transports et du Président de la Région Nouvelle-Aquitaine. C’est pour cette raison que nous répondrons présents à la convocation de ce dernier pour un comité de pilotage RN147 au-cours duquel sera évoquée la construction d’une autoroute concédée entre Poitiers et Limoges. Cette alternative est inacceptable !

Toujours en termes d’aménagement du territoire, la couverture en téléphonie mobile est plus que jamais une priorité. On ne peut plus perdre de temps. Nous exigeons qu’au minimum 11 sites soient d’ores et déjà inscrits dans le plan de déploiement prioritaire pour fin 2020. J’ai écrit dans ce sens avec, la Préfète, au Directeur de Mission France Mobile et aux Ministres concernés.

Autres sujets d’importance qui ont fait l’actualité de ces derniers jours derniers : le Plan Pauvreté et le Plan Santé. Si je me réjouis de la suppression du Numerus Clausus, avec ma collègue Anne-Florence Bourat, nous resterons très vigilants sur les auxiliaires de santé, les infirmières, l’avenir des hôpitaux de proximité… Et pour le Plan Pauvreté, je vais proposer à mes collègues de l’Assemblée Départementale de nous porter candidat à une expérimentation du Service Public de l’Insertion, afin de valoriser notre expertise d’accompagnement des bénéficiaires du RSA, grâce à notre équipe Vienne Emploi Insertion. Je ferai également des annonces en ce qui concerne l’insertion dans la Vienne, en amont du Forum Emploi 86 qui se tiendra le 18 octobre.

L’avenir de notre territoire est une priorité de la Majorité Départementale. Vous pouvez compter sur notre vigilance.

C’est dit !Remonter

 

Plan Pauvreté : des intentions… et après ?

Le Président de la République vient de présenter le Plan Pauvreté, dont les 5 engagements me semblent incontestables.

De l’égalité des chances dès le plus jeune âge à l’accompagnement de tous vers l’emploi, en passant par une alimentation équilibrée, un parcours de formation garanti ou des droits sociaux plus incitatifs à l’activité… on ne peut qu’être favorable à ces orientations. D’ailleurs, pour un certain nombre de ces ambitions, le Département de la Vienne est d’ores et déjà fortement mobilisé dans ce sens.

Je voudrais simplement regretter que les propositions présentées soient mises en perspective exclusivement en milieu urbain. A aucun moment il n’est envisagé une illustration en ruralité.

C’est la raison pour laquelle je vais proposer au Président de la République, par le biais de l’Association des Départements de France, que la Vienne soit un Département expérimentateur, comme il le fut sous l’égide de mon collègue Alain Fouché pour le RSA.

Parce que derrière ces propositions, nombreuses sont les questions qui restent en suspens. Qui va financer la mise en place des petits déjeuners ? Avec quels moyens humains ? Est-il opportun de fusionner des aides liées au retour à une activité avec celles liées à un handicap ? Peut-on croire à un Etat capable de rendre performant un service public de l’insertion ?

Ce sont quelques unes des interrogations qu’il est impératif de poser immédiatement pour engager un travail avec les acteurs de terrain, en particulier les équipes des Départements :  la Protection Maternelle et Infantile, l’Aide Sociale à l’Enfance et les accompagnateurs des bénéficiaires du RSA.

Je poserai la question à mes collègues Conseillers Départementaux dès la prochaine session budgétaire, fin septembre.

Nous avons des expertises mais aussi des spécificités liées à notre territoire à forte densité rurale. Le Livre Blanc de la Ruralité présenté à l’occasion du Congrès des Départements de France, au Futuroscope en octobre 2016, et le Schéma des Solidarités en cours d’élaboration qui regroupera l’ensemble de nos politiques d’aides à la personne, en seront les piliers.

Je tiens à ce que ce soit pris en compte et bénéficie à ce Plan Pauvreté qui se doit d’être une réussite.

C’est dit !Remonter

 

Le Département aime le patrimoine de la Vienne

Depuis 2016, la Majorité Départementale, sous l’impulsion de mes collègues Pascale Moreau, Alain Pichon et Alain Fouché, s’est totalement mobilisée pour accompagner les territoires de la Vienne avec une volonté farouche de valoriser le patrimoine bâti de la Vienne. En seulement 3 exercices, le Département a accompagné 124 projets de restauration, avec 4,2 millions d’euros d’aides, pour un montant total de 21 millions d’euros de travaux. C’est exceptionnel et c’est excellent pour l’activité des entreprises locales.

Parallèlement, nous avons accompagné Charroux et Monts-sur-Guesnes à obtenir le label Petites Cités de Caractères ® et encouragé bien d’autres communes à s’engager dans ce processus.

C’est pour ces raisons que je soutiens sans réserve l’initiative de Stéphane Bern en faveur du patrimoine. Les recettes de son Loto vont permettre à 4 sites de la Vienne de bénéficier des fonds collectés. N’hésitez pas à y participer pour aider à la restauration de l’Abbaye de la Réau à St-Martin-l’Ars, du carillon de l’église St-Jacques à Châtellerault, du château de Montreuil-Bonnin et du Château de Marmande à Vellèches. Plus de 1,5 million d’euros sont en jeu.

Chacun d’entre nous peut être particulièrement fier du formidable patrimoine de la Vienne. Cette fin de semaine sera l’occasion de lui rendre un hommage tout particulier à travers les Journées du Patrimoine. Je vous encourage vivement à vous rendre dans les 253 sites ouverts, publics comme privés, et faire ainsi honneur à toutes les femmes et les hommes qui œuvrent au quotidien pour faire vivre et restaurer le patrimoine de notre territoire qui constitue l’histoire de la Vienne, du Poitou, de la France.

La Vienne aime son patrimoine.

C’est dit ! Remonter

 

 

L’éducation est une priorité !

En cette rentrée scolaire 2018, le Département poursuit la mise en place de son Plan Collèges 2015-2025 pour répondre aux enjeux de mise aux normes, d’adaptation et de modernisation des établissements. Nous avons même décidé de l’amplifier avec une hausse de 10 % de l’investissement programmé pour le porter à 110 millions d’euros sur les 10 ans.

Il s’agit là d’un engagement très fort qui répond parfaitement à la volonté politique de l’Exécutif d’apporter les meilleures conditions d’éducation aux 20 000 collégiens de la Vienne. Un tel programme est inédit dans le département et intègre la construction d’un 35ème collège qui ouvrira ses portes à la rentrée 2021 à Vouneuil-sous-Biard.

C’est aussi une décision majeure, car nous allons ainsi pouvoir équilibrer les effectifs dans la grande couronne de Poitiers avec la réhabilitation du collège Henri IV à Poitiers.

Je tiens à remercier mes collègues Henri Colin et Joëlle Peltier pour leur implication totale dans l’élaboration et la mise en place de ce Plan Collèges.

L’éducation dans la Vienne est une de nos 14 priorités, au même titre que la jeunesse. Nous préparons aujourd’hui la Vienne de 2025, celle que nous proposerons à nos collégiens devenus alors adultes. C’est juste essentiel.

C’est dit ! Remonter

 

 

Un raccourci pour le moins inadapté !

Une semaine après la mise en place de la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes du réseau secondaire, j’aimerais revenir sur un événement qui ne peut rester une simple anecdote. Dans le cadre de sa communication officielle sur le sujet, la Préfecture de la Vienne a publié sur les réseaux sociaux un message dont le raccourci est pour le moins inadapté : « dans la Vienne, en 2017, 73% des morts et 50% des accidents corporels surviennent sur des routes départementales ».

Je tiens à apporter quelques précisions. Dans la Vienne, avec 4 700 km, les routes départementales représentent 21 fois plus de kilomètres que les 220 km de nationales et d’autoroute.

21 fois plus de kilomètres, un nombre de tués 7 fois supérieur à celui enregistré sur le réseau national… un rapport de 1 à 3 !

Il y a plus d’accidents sur les routes départementales que sur les nationales et l’autoroute A10, c’est bien sûr compréhensible. Ramené à la distance parcourue, il y a 0,9 personne tuée pour 100 km de nationales contre 0,3 personne pour la même distance de départementales.

Je partage l’importance et l’urgence de mettre tous les moyens en œuvre pour réduire le nombre d’accidents, de tués et de blessés sur les routes. Je ne peux cependant accepter qu’on laisse entendre que les routes départementales sont plus dangereuses que les nationales.

Sans oublier qu’en 2017, l’état de la route n’a été mis en cause pour aucun des accidents mortels.

C’est dit ! Remonter

 

 

Mobilisés pour la RD347

122 millions d’euros pour les routes de la Vienne, c’est l’engagement fort que le Département a affiché dès avril 2015 avec son Schéma Routier porté par Gilbert Beaujaneau. À l’appui de ce programme ambitieux, l’ensemble des axes majeurs va bénéficier d’aménagements importants avec l’objectif prioritaire de les sécuriser et de fluidifier le trafic.
Pour la RD347, de Migné-Auxances à Pouançay, ce ne sont pas moins de 10 secteurs bien identifiés qui vont connaître des améliorations importantes, que ce soit la création de portions en deux fois deux voies à Verrue, de Noiron à Étables et entre Neuville-de-Poitou et Migné-Auxances, ou encore des aménagements de sécurisation des traversées de Vaon, des Trois Moutiers, à Chalais – mis en service en octobre 2017, d’Angliers et de Neuville-de-Poitou.

Ce mercredi 4 juillet, nous présenterons aux élus des communes concernées, l’état d’avancement de tous ces projets dont l’estimation se porte à plus de 60 millions d’euros.

Le point final de ces aménagements sera de faire le lien avec la Nationale 149-147. Le Département a souhaité, même si elle ne relève pas de sa compétence, intervenir fortement sur l’aménagement de cet axe essentiel au développement économique de la Vienne. En étant le premier financeur du contournement de Lussac-les-Châteaux, avec un investissement de 37 millions d’euros dans le cadre du Contrat de Plan État Région, nous souhaitons montrer l’importance que nous donnons à ce lien entre Nantes et Limoges.

Parce que l’aménagement des routes est une compétence forte du Département, nous tenons à être exemplaires dans la manière de l’exercer pour que chacun se mette au niveau de cette exigence. Il s’agit de notre responsabilité d’élus. Nous saurons l’assumer.

C’est dit ! Remonter

 

 

Je ne veux pas d’une Viennolienne ! 

Est-il raisonnable et responsable d’accepter un développement anarchique des projets éoliens dans la Vienne, sous le couvert de la transition énergétique, avec une « carotte » financière qui interpelle forcément dans la période de réduction des recettes que chaque commune subit actuellement ?

Cette question, j’y suis confronté très régulièrement lors de mes visites dans les territoires. C’est pour y apporter une réponse objective que j’ai tenu, en cette semaine de décision modificative de budget et avec mon collègue Alain Pichon en charge de l’environnement, à soumettre une motion pour un développement maîtrisé des projets éoliens.

La Vienne possède un patrimoine paysager et architectural remarquable issu de son histoire et du travail des femmes et des hommes qui l’ont construite. Il n’est pas concevable que des projets de parcs éoliens détruisent ce capital en prenant en otage les élus et les habitants.

Je demande à ce qu’une concertation des équipes municipales, sur la base de critères objectifs et connus de tous, permette l’élaboration d’un Schéma départemental qui fixera à terme les modalités d’installation, de démontage et d’exploitation d’éoliennes. Ce sera également l’occasion d’envisager des solutions alternatives telles que le photovoltaïque ou la méthanisation pour ne citer qu’eux.

Je vais donc proposer que l’Etat s’associe au Département pour mettre en place ce Schéma départemental de l’éolien. Très vite !

Il y va du respect de l’identité de notre territoire.

C’est dit !

Remonter

 

Poitou numérique

95% du territoire de la Vienne sera couvert en haut débit en 2020… c’est une des 14 priorités sur laquelle s’est engagée la Majorité Départementale dès son élection en avril 2015. À mi-mandat, grâce aux efforts de mes collègues Séverine Saint-Pé et François Bock, nous répondons parfaitement à cet objectif que nous avons élaboré en 2 phases. Des opérations de montée en débit dans un premier temps avec l’implantation de près de 120 répartiteurs dans les communes rurales et pour lesquelles les habitants se voient désormais pourvus d’un débit bien supérieur à 2MBits. Nous avons encore inauguré 3 installations vendredi dernier dans le Loudunais. C’est la première étape de notre couverture numérique.

La seconde, elle va s’engager dès ce 21 juin avec le lancement officiel de l’installation de la fibre sur tout le territoire. Pour répondre à cette ambition, nous avons mis en place une collaboration avec nos voisins des Deux-Sèvres et fait la preuve une nouvelle fois que le Poitou avait tout son sens. Rassembler nos expertises, rationaliser nos efforts, mobiliser nos énergies… avec Poitou Numérique, plus de 32 000 lignes vont être raccordées au très haut débit à partir de 2020…

Avec le tissage de ce réseau fibré, nous ouvrons le numérique à tout le territoire de la Vienne, pour les secteurs industriel, économique, de la santé, de l’éducation… bref, pour tous les habitants de la Vienne.

C’est dit ! Remonter

 

Fiers de nos sapeurs-pompiers !

Ils ont été à l’honneur ce samedi à l’occasion de la Journée Départementale des Sapeurs-Pompiers de la Vienne. Sensibilisation aux gestes qui sauvent, Congrès départemental, Histoire, manœuvres,  hommages, déambulation… la journée a été un remarquable succès populaire et a permis de mettre en lumière une vocation et un engagement extraordinaires.

Figures incontournables de la protection des habitants du département, les 1 528 sapeurs-pompiers professionnels et volontaires du Service Départemental d’Incendie et de Secours de la Vienne (SDIS86) représentent le premier maillon de la chaîne du secours. Je tiens ici à les remercier vivement pour leur engagement au quotidien dont le seul objectif demeure notre protection et notre sécurité, que ce soit en cas d’incendies, d’inondations, d’accidents de la route, de secours à la personne…

Premier partenaire financier du SDIS86, le Département apporte un soutien majeur, à hauteur de 15,77 millions d’euros en 2018, pour son fonctionnement et sa modernisation par des investissements indispensables pour toujours disposer de matériels et d’infrastructures à la pointe de la technologie et de l’innovation.

Symbole fort de cet engagement du Département, la validation dès le début du mandat de la construction de deux nouvelles casernes à Poitiers, décision en attente depuis de trop nombreuses années. En apportant 70 % des 11,37 millions d’euros nécessaires à la construction des casernes de la Blaiserie – à la place de Pont-Achard – et de Saint Eloi,  le Département marque sa détermination et son implication.

Enfin, je tiens à saluer significativement l’action de ma collègue Marie-Jeanne Bellamy, une des rares Présidentes de SDIS en France qui, depuis qu’elle est élue, multiplie les initiatives pour améliorer encore et toujours l’organisation et l’efficience des femmes et des hommes « soldats du feu », que ce soit par l’utilisation de technologies innovantes, la formation, la mutualisation, la communication, le développement du volontariat et, il n’y a naturellement pas de hasard, la féminisation des effectifs.

Souvent cités en référence au niveau national, les sapeurs-pompiers de la Vienne sont sur tous les fronts… nous pouvons en être très fiers.

C’est dit ! Remonter

 

Innover pour nos aînés : une priorité !

Le Département de la Vienne n’a jamais autant fait pour les personnes âgées qu’en 2018. Trois chiffres illustrent parfaitement cet engagement. Nous avons inscrit 60,4 millions d‘euros au budget 2018, soit une augmentation de 10 % par rapport à 2015, 2 300 places ont été créées en établissement en 15 ans et nous avons investi 10 millions d’euros dans les 77 Ehpad de la Vienne pour améliorer, encore et toujours, les conditions d’accueil et de soins de nos aînés.

Ces résultats, pour le moins probants, sont le fruit d’un travail en profondeur réalisé dans le cadre des Schémas successifs mis en place par l’Exécutif Départemental, en totale concertation avec tous les acteurs de l’autonomie dans la Vienne. Et parce que l’anticipation est le moteur de l’action, nous allons dès l’automne, engager les travaux du prochain Schéma des Solidarités dans la Vienne pour être opérationnel au printemps 2020. Même si nous allons ouvrir encore 71 places en établissement en 2019, c’est sur le maintien à domicile que nous allons porter une grosse partie de nos efforts en cherchant à innover dans les modes d’accompagnement, en apportant chez les personnes âgées le service de prévention et de soin qu’on est en droit d’attendre aujourd’hui en établissement.

L’Ehpad à domicile en quelque sorte, pour le plus grand bien de nos aînés et de leurs aidants. En ouvrant une maison de l’autonomie, nous allons également offrir aux familles des solutions innovantes pour favoriser l’autonomie. Le bien-être de nos aînés est une priorité pour le Département, nous en apportons la preuve depuis plus de 15 ans.

C’est dit ! Remonter

 

Plus vite, plus haut, plus fort

Depuis l’obtention des Jeux Olympiques par Paris2024, toute la France prépare cet événement planétaire. Le mouvement sportif bien sûr pour que cette édition soit marquée par la performance tricolore. Le Comité d’organisation, la Ville de Paris et la Région Île de France pour que ces Jeux soient une réussite exceptionnelle, que la ville lumière redevienne la plus belle ville du monde et qu’elle retrouve son attractivité légendaire. Tous les territoires français pour que Paris2024, 100 ans après ceux du Baron Pierre de Coubertin, soit aussi France 2024 et que la devise olympique « Citius, Altius, Fortius » résonne dans le cœur des françaises et des français, de tous âges, de toutes conditions, de toutes confessions.

Tout naturellement, la Vienne va participer à cette merveilleuse aventure. Dans sa préparation tout d’abord. J’ai l’honneur d’être membre du Comité de Pilotage de l’élaboration d’une nouvelle gouvernance du sport en France, présidé par la Ministre Laura Flessel. Le 1er juin nous accueillerons au Département le 4ème séminaire de travail, le premier décentralisé. J’en suis très fier et j’ai tenu à ce que les acteurs du sport de la Vienne puissent participer à cette journée à l’occasion d’une rencontre avec la double championne olympique, quintuple médaillée aux JO.

La Vienne sera aussi dans l’histoire de Paris2024. Sportivement je l’espère plus que tout, et soyez assurés que nous saurons détecter, accompagner et faire émerger tous les talents dignes d’y participer.

Économiquement aussi ! En impulsant la construction de l’Arena Futuroscope qui ouvrira ses portes en 2021, le département de la Vienne sera acteur. Pour les sportifs tricolores comme pour les délégations étrangères qui voudraient, dès les Jeux de Tokyo terminés, organiser leur préparation de ceux de Paris. À moins d’une heure trente de la capitale, avec des infrastructures remarquables, nous serons un lieu idéal pour le plus grand plaisir des amoureux du sport en Vienne.

J’ai d’ores et déjà invité les Pays partenaires de la Vienne à venir se préparer dans l’Arena et autour. Comme j’ai rencontré de nombreux Présidents de Fédérations Françaises pour leur vanter les atouts de la Vienne pour un stage, un tournoi, une compétition…

Pour ces Jeux Olympiques et Paralympiques, nous avons des ambassadeurs de renom comme Sylvain Chavanel, Claire Brenn, Mahyar Monshipour, Brian Joubert, Ruddy Nelhomme Jean-Paul Gomez, Stéphan Bignet, Georges Folligan ou encore Evan Fournier, Simon Pagenaud et bien sûr Nicolas Vimont-Vicary ou Geoffrey Wersy. C’est tous ensemble que nous réussirons à imposer la place de la Vienne dans le sport français et international… que nous irons « plus vite, plus haut, plus fort ».

C’est dit !

Remonter

 

Exemplaires 

Depuis avril 2015 et son installation aux responsabilités, l’exécutif départemental a pour leitmotiv d’exceller dans tous les chantiers qu’il engage, que ce soit dans le cadre de ses compétences ou au-delà. Le Schéma Routier, priorité majeure s’il en est, entre parfaitement dans ce registre avec une particularité : agir au cœur de nos compétences avec les routes départementales et afficher notre détermination en nous impliquant fortement pour l’aménagement de la RN147/149. Premier financeur du contournement de Lussac-les-Châteaux devant l’Etat, le Département demande à celui-ci d’être exemplaire pour l’aménagement de cet itinéraire essentiel à la desserte Ouest – Est de la France. Ce sera le message que nous rappellerons aux représentants de l’Etat et de la Région lors de la rencontre que j’initie avec tous les élus concernés par cet axe entre Bressuire et Limoges. Un an après, nous nous retrouverons début juillet pour avoir des réponses précises en ce qui concerne le volet routier de la clause de revoyure du contrat de plan Etat-Région et la priorisation de la mise à 2fois 2 voies de la RN147 entre Fleuré et Lussac.

Parce qu’il est indispensable d’être soi-même exemplaire quand on demande aux autres de l’être, le Département, mon collègue Gilbert Beaujaneau en particulier, met tout en œuvre pour réaliser les aménagements des grands axes traversant la Vienne, à savoir les RD 347 vers le nord, 951 vers l’est et 611 vers l’ouest. Tous ces chantiers sont engagés comme annoncé dès 2015.

Pour être très précis, j’invite le 4 juillet prochain à Neuville-de-Poitou, tous les élus concernés par la RD347, pour leur présenter les 10 aménagements que nous allons réaliser de Vaon à Migné-Auxances pour un trafic sécurisé et fluidifié. Toutes les demandes ont été prises en compte, tous les points sensibles ont été abordés, le tout en totale transparence et à l’appui de la plus grande concertation avec l’ensemble des acteurs concernés.

Une méthode appréciée que j’engage l’Etat et la Région à reprendre à leur compte pour le sujet toujours d’actualité depuis 50 ans que sont les RN 147-149.

C’est dit ! Remonter

 

 

Les Heures Vagabondes

La programmation de l’édition 2018 du festival Les Heures Vagabondes est désormais connue. De BB Brunes à Châtellerault le jeudi 5 juillet à Marina Kaye le mardi 14 août à Lussac-Les-Châteaux, le Département va investir 11 communes de la Vienne pour un concert gratuit en plein air, l’occasion de distiller des sons chauds pour un été au rythme de la pop, du rap, de l’électro, du rock, du blues ou du folk…

C’est bien la marque de fabrique des Heures Vagabondes que la Majorité Départementale s’ingénie à véhiculer tous les ans en juillet et en août pour donner à chacun un air de fête, en mélangeant subtilement les talents d’hier, actuels ou en devenir. 100 000 personnes ont pu en apprécier toutes les facettes en 2017.

Avec Alain Fouché, initiateur de ce festival en 2004, et Rose-Marie Bertaud, rapporteur à la Commission Culture, nous tenons à poursuivre ce merveilleux rendez-vous festif et convivial qui diffuse la culture en ruralité et la rend accessible au plus grand nombre tout en favorisant le mélange des générations, tant des artistes que des spectateurs.

Cette année, nous pourrons vous proposer une nouveauté correspondant parfaitement à l’ADN du festival. Une soirée spéciale « Scène Locale » dont notre partenaire France Bleu Poitou a retenu les 3 formations qui profiteront de ces Heures Vagabondes pour faire découvrir leur talent.

Je vous encourage vivement à consommer sans modération cette belle programmation 2018 que vous pouvez retrouver sur le site internet lesheuresvagabondes.fr.
Et si vous avez un « van » comme celui qui illustre la nouvelle identité graphique du festival, n’hésitez pas à venir avec… Cet été, la Vienne sera bien encore aux couleurs des Heures Vagabondes.

C’est dit !

Remonter

 

Semaine de la vaccination : la Vienne se mobilise

Le département connaît depuis fin 2017 une épidémie de rougeole sans précédent avec un décès le 10 février dernier et plus récemment des cas avérés à l’Université de Poitiers et au centre pénitentiaire de Vivonne. La Vienne est l’un des départements de Nouvelle-Aquitaine les plus touchés par la rougeole avec la Gironde.

A l’occasion de la Semaine Européenne de la Vaccination, sous l’impulsion d’Anne-Florence Bourat, le Département engage une grande mobilisation de l’ensemble des acteurs de la santé avec l’ambition d’atteindre l’objectif de 95% de la population vaccinée.

Pour cela, nous allons encourager l’utilisation du Carnet de Vaccination Electronique (CVE), remarquable outil d’information et d’aide à la décision pour les professionnels comme pour les patients. « MesVaccins.net » est la meilleure réponse aux attentes des patients et à la demande des professionnels grâce notamment à son « système expert ».

Parce que la vaccination est la seule réponse aux épidémies, nous avons tenu à l’intégrer dans notre Plan Santé, en plus de l’aide aux étudiants en médecine et au financement des Maison de Santé Pluridisciplinaires.

En mettant autour de la table les médecins, les pharmaciens, les infirmiers et les sages-femmes, nous intégrons les acteurs majeurs dans le circuit de la vaccination. Notre ambition va encore plus loin en associant les professionnels pour leurs actions aux périodes clés de la vie, notamment au niveau du Département avec les médecins de la Protection Maternelle et Infantile (PMI).

Nous associerons également le SDIS de la Vienne, les EHPAD, les communes et les communautés de communes pour qu’ils encouragent vivement leurs personnels à ouvrir un CVE « MesVaccins.net » et être à jour de leur vaccination.

Marie Desroses, en charge du personnel, va proposer à chacun des agents du Département, comme c’est le cas pour le don du sang, de se faire vacciner contre la grippe dès la campagne d’octobre 2018.

La vaccination c’est la meilleure solution pour se protéger.

Il faut le dire ! Remonter

 

Le Département, le dernier rempart pour les Communes.

Rester le premier partenaire des communes et intercommunalités… c’est l’objectif que la Majorité Départementale s’est fixé dès le début du mandat en avril 2015. Pour cela, sous l’impulsion de Pascale Moreau, nous avons mis en place un dispositif d’aide aux communes dont la simplicité d’utilisation, la réactivité, l’efficacité, l’équité et la visibilité étaient les maître-mots. ACTiV’ était né.

A mi-mandat, nous avons tenu à revenir auprès de tous les élus des communes de la Vienne pour faire un point sur ce programme qui aura apporté plus de 70 millions d’euros en 3 ans aux projets des territoires. Soit près de 350 millions d’euros de chiffre d’affaires pour les entreprises qui, il faut le rappeler, sont aux 2/3 des entreprises locales.

Nous allons donc entamer ce lundi soir une tournée des cantons pour tenir des conférences de territoire au cours desquelles nous allons faire le bilan des 3 premières années de mise en place d’ACTIV’. Et des perspectives dont il va falloir tenir compte pour rester au plus près des attentes des élus jusqu’à la fin du mandat des 274 équipes municipales au printemps 2020.

Nous serons à leur écoute, en particulier pour les 155 communes de la Vienne pour lesquelles l’Etat a réduit le montant de sa Dotation Globale de Fonctionnement (DGF) alors qu’il s’était engagé à maintenir son aide. Quelle surprise et surtout quelle déception pour ces communes qui ont, conformément à la loi, voté leur budget 2018 avant le 15 avril… sans réduction de la DGF.

Eloignement de la Région, abandon de l’Etat, les communes se sentent de plus en plus laissées pour compte. En particulier dans nos territoires ruraux.

Ce n’est pas une vue politicienne ou partisane. C’est la réalité ! Je cherche au quotidien et avec la plus grande ferveur à en modifier les effets dévastateurs… C’était le défi des Etats Généraux de la Ruralité tenus dès le début de notre mandature. Nous maintiendrons notre engagement pour la défense des territoires même si, lors des 2 interventions médiatiques du Président de la République, je n’ai pas entendu les réponses que nous attendions.

C’est dit ! Remonter

 

Il y a urgence à penser aux patients !

Dès le début de cette mandature il y a 3 ans, avec Anne-Florence Bourat, nous avons engagé le 2ème Plan Santé de la Vienne avec l’objectif d’apporter une réponse de santé à moins de 15 minutes de tout habitant.

Avec les bourses aux étudiants en médecine, dentaire, infirmiers, sages-femmes ou orthophonie en contrepartie desquelles ils s’engagent à s’installer dans la Vienne d’une part et le soutien financier à toute installation de maison médicale répondant à un projet de santé validé par l’ARS d’autre part, nous apportons des solutions adaptées et efficaces.

À quelques jours de la présentation à l’Assemblée Départementale du nouveau Programme Régional de Santé de l’ARS, je suis persuadé que les efforts fournis seront des atouts majeurs pour l’offre de santé apportée à tous les habitants de la Vienne, en fixant quelle politique mettre en place et quels moyens développer dans nos territoires.

Parce qu’il faut profiter de ce moment crucial pour prendre en compte toutes les dimensions d’une offre médicale et médico-sociale, je tiens à engager immédiatement des États Généraux de la Santé dans la Vienne, une réflexion globale et partagée avec tous les acteurs de la santé, professionnels, étudiants, enseignants, chercheurs, patients, élus…

Dans nos territoires ruraux, on ne peut accepter une fracture sanitaire en plus de celles d’ordre numérique, économique ou de communication que nous subissons déjà. Il est essentiel d’apporter la même attention à notre ruralité que celle dont vont bénéficier les quartiers défavorisés ou les banlieues des métropoles de France.

Il y a urgence à penser aux patients. Où qu’ils soient.

C’est dit ! Remonter

 

Spécial 100ème.

Ce 100ème numéro du « Lundi c’est dit ! » marque le passage ce 29 mars à la seconde partie de notre mandat. 1095 jours de travail de l’ensemble de l’équipe de la Majorité Départementale pour mettre en place le projet que nous avions proposé aux habitants de la Vienne « Oser et Réussir ».
Les 14 priorités que nous avions définies pour construire la Vienne de 2025 sont engagées. Elles sont sur les bases du carnet de route que nous nous sommes fixés le 2 avril 2015 lors de l’installation de la nouvelle Assemblée… Nous avons osé !
Il nous reste 1095 jours pour les finaliser et les mener à bien en intégrant d’autres projets que nous n’avions pas imaginés comme la construction de l’Aréna Futuroscope, le 35ème collège, les casernes des pompiers de Poitiers pour les plus importants. Vous pouvez compter sur ma détermination, ma volonté et mon enthousiasme pour les réussir à 100 % avec chacun de mes collègues de la Majorité Départementale.
C’était notre ambition. C’est notre objectif. Ce sera notre réussite.
Je continuerai à vous tenir informé de l’état d’avancement de tous ces projets avec ma lettre hebdomadaire. Vous en recevrez chaque lundi encore au moins une centaine…

C’est dit ! Remonter

 

La vaccination, un devoir.

Que ce soit en tant que père, élu ou professionnel de santé, apprendre qu’un jeune perd la vie parce qu’il n’a pas été vacciné m’est totalement insupportable. Comment ne pas imposer la double injection pour se protéger de la rougeole ? Comment accepter le discours anti-vaccins qui nous entoure depuis trop longtemps ?

À quelques semaines de la campagne nationale d’information sur la vaccination (du 23 au 29 avril), ma collègue Anne-Florence BOURAT va rassembler mardi tous les acteurs de la santé afin de poser les bases de la mise en place dans la Vienne du Carnet de Vaccination Électronique. Les professionnels de santé, les acteurs de la Protection Maternelle et Infantile (PMI) au Département, les mutuelles, l’Education Nationale, l’Université, le CHU… il faudra unir toutes les forces pour instaurer cet outil moderne qui doit nous amener à une couverture par la vaccination de plus de 85 % de chaque tranche d’âge.

Cette mobilisation sera le 3ème axe du Plan Santé de la Vienne avec l’accompagnement des étudiants en médecine, dentaire, orthophonie et le financement des Maisons de Santé. Il sera traité avec la même détermination, la même envie, la même impérieuse nécessité de protéger tous les  habitants du département. C’est notre devoir.

C’est dit ! Remonter

 

Mobilisés pour l’avenir de l’aéroport

Le Syndicat Mixte de l’Aéroport de Poitiers Biard que je préside depuis 2015, s’est réuni ce lundi 12 mars pour examiner deux points majeurs pour l’avenir de l’aéroport :

  • la présentation de l’étude du cabinet Abington sur les pistes de stratégies de développement à envisager.
  • le vote du budget 2018

La Chambre de Commerce et d’Industrie, par la voix de son Président Claude Lafond, Grand Poitiers par son Président Alain Claeys et le Département de la Vienne, que je représentais naturellement, ont acté leur participation au budget du SMAPB à hauteur de 760 000 euros chacun, en prenant en compte à la fois le respect des obligations conférées aux membres d’un syndicat mixte et les préoccupations exprimées par le Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie.

Cette participation équilibrée des membres du SMAPB permet de doter l’aéroport d’un budget de 2,2 millions d’euros en 2018. Il a été voté à l’unanimité.

Cette mobilisation permet d’afficher notre volonté commune pour trouver des pistes de développement pour cet outil indispensable à l’attractivité de notre territoire au cœur d’un triangle La Rochelle – Limoges – Tours. Une activité dont l’impact direct, indirect et induit représente un chiffre d’affaires de 15,47 millions d’euros et 256 emplois.

Les pistes suggérées pour une nouvelle stratégie de développement de l’aéroport :

  • trouver des lignes nouvelles d’ici 2023 pour porter la fréquentation à un seuil de l’ordre de 180 000 passagers,
  • faire en sorte de maintenir après 2019 la ligne vers Lyon qui représente un potentiel fort grâce au hub qu’il constitue pour distribuer ensuite des lignes vers toute l’Europe,
  • développer des offres packagées en partenariat avec les grands acteurs du tourisme du territoire, notamment le Futuroscope, Center Parcs,
  • installer une agence de voyages au cœur de l’aéroport

Nous avons demandé un rendez-vous auprès d’Alain Rousset, Président de la Région Nouvelle Aquitaine, pour faire le point sur la prise en compte de l’évidente intégration de l’aéroport dans le Schéma Directeur Régional.

Nous avons également validé l’impérieuse nécessité de travailler à une évolution du mode de gestion et de gouvernance de l’aéroport de Poitiers Biard tout en cherchant à intégrer de nouveaux partenaires financiers. Remonter

 

Objectif Vienne !

Avec ce 3e budget de la mandature, l’exécutif départemental que j’ai l’honneur de présider, poursuit sans relâche l’objectif fixé dès avril 2015 : construire la Vienne de 2025. Pour cela, nous avons mis en place 14 priorités à travers 4 axes majeurs :

  • Faire vivre l’âme des territoires, avec les Schémas tourisme et de l’action culturelle, le Plan Jeunesse,
  • Bâtir les infrastructures, avec les Schémas routier et numérique, le Plan Collèges,
  • Rester le 1er soutien des territoires avec Activ’, les Schémas de l’eau et de l’habitat,
  • Agir pour toutes les solidarités, avec les Schémas autonomie, enfance/famille, de l’insertion et de l’action sociale.

Et parce que tout projet, par essence, doit être vivant, nous n’hésitons pas à intégrer des initiatives nouvelles, évidentes et surtout indispensables. Je pense en particulier à l’Arena Futuroscope et à la création d’un 35e collège. Attendu depuis plus de 15 ans pour le premier. S’imposant pour le second, au regard de l’évolution de la démographie de Grand Poitiers.

Tous ces projets, nous les avons promis et nous allons les mener à bien. C’est notre responsabilité d’élus en dehors de toute polémique politicienne. Notre mission pour que notre jeunesse envisage son avenir sereinement, avec des perspectives d’épanouissement à sa mesure, dans un environnement à l’échelle de son ambition, localement ou ouvert vers le monde.

C’est cette vision d’avenir que nous voulons, avec toute l’équipe de la majorité départementale, proposer aux 430 000 habitants de la Vienne sans exception, sans laisser quiconque au bord du chemin.

Nous mettrons tous les moyens à notre disposition pour atteindre cet objectif.

Le budget 2018 du Département de la Vienne répond à cette volonté forte, avec un programme pluriannuel d’investissement de 350 millions d’euros, d’une part d’investissement de plus de 20% du budget et une maîtrise parfaite de l’endettement, sans recours à la fiscalité.

C’est la promesse que nous avons faite dès l’engagement de notre projet. Nous la tenons. Nous la tiendrons !

Pour respecter notre objectif : celui de la Vienne de 2025.

C’est dit ! Remonter

 

Vague de froid : merci aux équipes des routes pour leur mobilisation

Si vous avez pu circuler quasiment normalement la semaine dernière, c’est grâce à la mobilisation des agents du Département qui ont permis de maintenir praticables les 2 700 km de routes du réseau prioritaire de la Vienne.

C’est en substance, le constat qu’ont pu dresser les médias locaux à l’occasion de cette première perturbation neigeuse qui a sévi sur tout le pays, en particulier dans le département.

Je tiens à féliciter toutes les équipes des routes qui, sous l’autorité de mes collègues Gilbert Beaujaneau et François Bock, ont su parfaitement mettre en place le dispositif de Viabilité Hivernale élaboré pour faire face à toute offensive du froid et opérationnel, comme chaque année, du 15 novembre au 18 mars.

Ainsi, ce sont 100 agents mobilisés de 5h à 22h, avec 14 patrouilleurs en alerte dès 4h du matin pour identifier les moyens à mettre en œuvre. 25 équipes interviennent pour effectuer un salage préventif ou dégager les routes avec des engins à lame. Elles sont aidées en cela par les équipes des Communautés de Communes renforcées, chaque fois que de besoin, par les partenariats noués avec des agriculteurs.

Chaque année, plus de 3 000 tonnes de sel sont stockées pour répondre instantanément aux exigences du froid pour un coût de l’ordre de 300 000  €.

La sécurité routière, au-delà de l’entretien des 4 700 km de routes départementales, c’est rendre praticable les itinéraires en toutes circonstances et améliorer de manière structurante l’ensemble du réseau à l’appui du Schéma Routier de 122 millions d’euros mis en place pour 2015 – 2025. Une des 14 priorités de notre majorité départementale.

C’est dit ! Remonter

 

Le tourisme dans l’ADN de la Vienne

Placer la Vienne parmi les départements ruraux avec la plus forte dynamique touristique en France… c’est le défi que nous, élus, avec les acteurs du tourisme, avons relevé depuis plus de 30 ans et la merveilleuse idée de René Monory que fut la création du Futuroscope. Une ambition que nombre de territoires, sans patrimoine naturel, géographique ou historique fort cherchent aujourd’hui à porter.

Nous avons la chance de bénéficier d’un réel temps d’avance. Vous pouvez être certains que nous allons le conserver et tout faire pour l’amplifier, comme je m’y suis engagé dès le 1er jour de la mandature.

Notre capital est énorme avec les initiatives nées de la réussite du Futuroscope : la Vallée des Singes, la Cité de l’Ecrit, la Planète des Crocodiles, les Géants du Ciel, DéfiPlanet’, le Cormenier, La Roche-Posay, le Roc aux Sorciers, Saint Savin… et plus récemment Center Parcs, le Water Jump, le Village Flottant, l’Abbaye de la Réau… et à venir d’ici 2021, l’Historial du Poitou, l’Aréna Futuroscope, le simulateur de chute libre… des initiatives privées impulsées grâce au soutien des collectivités territoriales.

Cet état d’esprit est dans l’ADN de la Vienne. Nous le cultivons depuis 30 ans et nous ne sommes pas prêts de l’abandonner, malgré les observations de la Chambre Régionale des Comptes. Explications…

« Les données chiffrées que nous affichons demandent à être fiabilisées » : c’est fait ! L’analyse des chiffres d’affaires des principaux sites touristiques et du nombre de nuitées des hébergeurs confirme les 800 millions d’euros de notre chiffre d’affaires annuel.

« Les retombées précises de l’activité du Center Parcs ne sont pas chiffrées » : les données Insee datent de 2016, soit un an seulement après l’ouverture du site. Peuvent-elles être significatives ? Nous allons bénéficier de données plus précises avec l’observatoire mis en place dans le cadre du Schéma du Tourisme que nous voterons le 9 mars prochain. Nous les afficherons dès que nous les aurons stabilisées.

« L’implantation de l’Historial du Poitou sans référence à un lieu de mémoire » : n’est-ce pas faire injure au remarquable travail réalisé par le Comité Scientifique présidé par le professeur émérite Jean-Marie Augustin ? Et que dire de la position stratégique du site à proximité de Fontevraud, en référence à Aliénor d’Aquitaine, de Richelieu, de Loudun pour évoquer Renaudot, de Vouillé et la célèbre victoire de Clovis… L’étude complémentaire en cours nous apportera, lors de la session budgétaire de mars prochain, les réponses précises au modèle économique du projet.

Quant à « l’approche rudimentaire de l’économie touristique de la Vienne », il s’agit tout simplement d’un manque grotesque de reconnaissance de l’action remarquable de tous les acteurs avec lesquels nous travaillons au quotidien et des 800 millions d’euros de chiffre d’affaires qu’ils apportent chaque année à notre économie. Pour l’attractivité et l’emploi de la Vienne !

Le tourisme est un secteur majeur de la dynamique de la Vienne. Nous avons toujours su anticiper les évolutions législatives pour maintenir l’accompagnement du Département à cette activité dont la France est leader mondial. La création de la SAEML du Bois de la Mothe Chandenier et de la SEM Patrimoniale de la Vienne nous permet de donner naissance à des projets nouveaux. Ils sont le fruit de l’activité du Futuroscope et de Center Parcs et produiront à nouveau des résultats pour les futurs projets… le cercle est pour le moins vertueux. N’en déplaise aux donneurs de leçon.

Nous continuerons à l’alimenter pour atteindre notre objectif d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires. Une exception spécifiquement Vienne. Notre département est atypique depuis 30 ans. Il est de notre devoir de continuer.

C’est dit. Remonter

 

Oui au déploiement de la 4G

20 000 nouveaux pylônes… Le Gouvernement en a fait l’annonce la semaine dernière avec les 4 opérateurs de téléphonie en France : il n’y aura plus aucune zone noire à l’horizon 2022.

Si c’est une excellente nouvelle pour les territoires qui subissent au quotidien cette iniquité profonde, il est indispensable que la Vienne en profite pour combler le retard que ces mêmes opérateurs n’ont eu aucun scrupule à ignorer. En effet, dès l’été dernier, le Département a répondu à l’appel à projets permettant l’installation de 8 pylônes pour combler la défaillance préjudiciable d’une couverture décente des territoires où l’activité touristique ne peut supporter le « zéro barre ». Avec ma collègue Séverine Saint-Pé, nous nous engagions à apporter 1 million d’euros dans ce programme volontariste.

Le résultat fut plus que décevant : un seul site retenu, celui de Mauprévoir. Exit Roiffé, son golf et son tourisme d’affaires. Exit aussi Romagne et la Vallée des Singes. Exit encore Coulonges et sa Foire des Hérolles mensuelle…

Une fois encore, nos territoires ruraux ont dû faire face au renoncement de l’Etat dans leur volonté de rivaliser à tout prix avec les villes.

Avec ce programme de 20 000 pylônes, nous allons bien évidemment réaffirmer notre volonté d’effacer toute zone noire dans la Vienne. J’ai d’ores et déjà convié à l’Hôtel du Département les 4 opérateurs le 19 mars pour leur présenter nos attentes. Nous allons revenir auprès de tous les territoires déficitaires. Faire un état des lieux complets et définir les priorités. La généralisation de la 4G peut être l’opportunité que nous n’attendions plus. Nous allons tout mettre en place pour ne pas rater cette occasion. Avec mes collègues Conseillers Départementaux, nous allons porter la voix de la Vienne aux oreilles des opérateurs.

Nous saurons prendre nos responsabilités même si, comme pour le haut débit, les routes du réseau national, la présence médicale, la dynamique économique ne relèvent pas de notre compétence. L’avenir de notre ruralité en dépend. C’est notre devoir d’élus locaux de tout faire pour nos territoires. Nous nous y engageons sans réserve, comme pour nos 14 priorités pour une Vienne qui avance et qui gagne.

C’est dit. Remonter

 

Urgence

Pour sa première visite dans la Vienne, le nouveau Préfet de la Région Nouvelle Aquitaine, Didier Lallement, a réussi l’exploit de se mettre à dos tous les élus locaux, de Limoges à Poitiers. Sur un sujet majeur pour notre département, comme pour le désenclavement de la France d’Ouest en Est, il a tout simplement déclaré que l’Etat ne ferait pas d’effort supplémentaire pour la mise à 2 fois 2 voies de la RN147. Un chantier qui fait pourtant l’unanimité chez tous les acteurs concernés.

Je ne peux accepter ce retour en arrière. Que ce soit dans la Vienne ou en Haute-Vienne, les Départements ont pris leur responsabilité en s’engageant financièrement sur l’aménagement de la 147 en participant au contrat de plan Etat-Région de façon plus que significative. Nous sommes respectivement premier et deuxième financeur des opérations prévues sur nos territoires pour la période 2015-2020, sur des routes qui ne relèvent pas de notre responsabilité.

Je vais prendre contact avec mon collègue Jean-Claude Leblois, Président du Département de Haute-Vienne, pour alerter une fois encore le Premier Ministre, nos Parlementaires, tous les élus et acteurs de la vie économique concernés, tous les habitants des territoires traversés par la RN 147. A l’instar de la première rencontre organisée le 5 juillet dernier à l’Hôtel du Département, je vais reprendre l’initiative, encore plus fortement. Encore plus résolument. L’axe 147-149 reste une priorité absolue, surtout dans cette séquence de fusion des trois ex-contrats de Plan Etat- Région que nous allons aborder en 2018.

Je ne peux me résoudre à accepter cette décision unilatérale sans concertation préalable, d’autant plus incompréhensible qu’elle survient moins d’une semaine après la décision du Gouvernement de réduire la vitesse à 80 km/h pour améliorer la sécurité sur nos routes.

Après le contournement de Lussac-Les-Châteaux, je veux qu’on envisage d’ores et déjà celui de Lhommaizé et programmer à moyen terme les autres aménagements à envisager.

Il y a bien trop longtemps qu’on parle de la 147 à 2 fois 2 voies. Je veux qu’on ait enfin des certitudes sur un programme validé entre l’Etat et les collectivités territoriales.

Il y a urgence !

C’est dit. Remonter

 

Mobilisés pour la Vienne

2018 va être une année importante. C’est l’année de la moitié du mandat au cours duquel nous avons engagé le département dans un projet important et ambitieux. Celui de construire la Vienne de demain !

Dès avril 2015, à l’installation de l’équipe que j’ai l’honneur de présider, nous avons défini 14 chantiers majeurs. 14 priorités pour poser les bases d’un département dynamique, attractif, précurseur et solidaire. Cette année, elles seront toutes engagées, avec des résultats déjà probants pour certaines.

Je pense notamment à notre programme d’aide aux communes Activ’ qui a permis d’apporter plus de 70 millions d’euros pour accompagner des projets d’aménagements dans les territoires et, surtout, injectés dans l’économie locale. Je pense également aux 1 000 logements neufs et rénovés en 2017 grâce à notre Schéma de l’Habitat.

Je pense encore aux 5 premiers aménagements finalisés également cette année pour sécuriser nos routes. A la mobilisation des élus locaux pour mettre au plus vite en service le contournement de Lussac-les-Châteaux par la RN 147 et engager dès maintenant les réflexions pour déterminer le prochain tronçon à aménager. Contrairement à des conseilleurs bien trop éloignés du terrain, nous sommes tous mobilisés pour maintenir le cap d’une mise à 2 fois 2 voies de la 147, de Poitiers à Limoges et de la 149, de Poitiers à Bressuire. Cela fait trop longtemps que nous attendons !

Le numérique pour lequel nous optons pour une montée en débit et l’installation de la fibre pour atteindre 95 % des lignes en 2020. La modernisation de nos collèges pour lesquels nous avons prévus 100 millions d’euros jusqu’en 2025, dont la création d’un 35ème collège en périphérie ouest de Poitiers. La sécurité des personnes et des biens avec la construction de deux nouvelles casernes de pompiers à Poitiers.

La dynamique touristique si chère à la Vienne pour laquelle nous allons accompagner les acteurs pour atteindre l’objectif d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2021, soit 25 % d’augmentation pendant la mandature. En nous appuyant sur nos pépites que sont le Futuroscope et Center Parcs, bien sûr, et les projets en cours comme l’Historial du Poitou, l’Aréna Futuroscope, l’Institut Robuchon et bien d’autres encore.

Depuis le début du mandat, nous avons toujours encouragé les initiatives. Quels que soient les porteurs des projets, petites communes, chefs-lieux de canton, agglomérations, entreprises, associations, le Département est toujours présent pour étudier la valeur ajoutée qu’il peut apporter à leur réalisation. Au cœur de nos compétences ou avec l’appui des outils que nous avons imaginé depuis 30 ans sous l’impulsion de René Monory, comme la Technopole du Futuroscope, la SEM Patrimoniale, l’Agence de Créativité et d’Attractivité (ACAP), le Conseil d’Architecture et de l’Environnement (CAUE), l‘Agence des Territoires, le GIP Poitou…

Nous serons toujours mobilisés à vos côtés, à votre écoute, pour que la Vienne avance et gagne !

Très bonne année 2018. Remonter



slide
Logements Allée du Docteur Rolland
slide
Inauguration du Pôle de Santé de L’Isle Jourdain-Adriers
slide
Visite commentée des journées techniques d’intervention d’urgence sur véhicules
slide
Signature du Contrat Pluriannuel d’Objectifs et de Moyens à l’EHPAD de Verrières
slide
Poitou numérique : déploiement de la fibre optique en Vienne et Deux-Sèvres
slide
Visite de Rentrée au collège Joachim du Bellay à Loudun
slide
Remise du don 2018 de « 500 Ferrari contre le cancer » au CHU de Poitiers
slide
Montée en débit à Vellèches et Usseau
slide
Visite « Hors les Murs » de l’accueil de jour Hélianthe à Loudun
PrevNext

Un élu disponible, au service du territoire !

Lettre d’informations / Newsletter
Réseaux

Retrouvez Bruno BELIN sur les réseaux sociaux :

Facebook   Twitter   Instragram  

Chaîne vidéo

Chaîne vidéo Youtube

Info…
info
Téléchargements

Journal cantonal 2018

 

@brunobelin