Archives 2015 « C’est lundi, c’est dit ! »

 

 

 

 

La droite doit faire son « coming in » – Lundi 14 décembre 2015
« Ne répondons pas à l’extrémisme par les extrêmes » – Lundi 7 décembre 2015
« Virginie d’Aquitaine » – Lundi 30 novembre 2015
« Ensemble, dessinons la Vienne de demain » – Lundi 23 novembre 2015
« Je suis Paris » – Lundi 16 novembre 2015
Pompiers et Sécurité riment avec priorité – Lundi 9 novembre 2015
Acteur majeur de l’aménagement du territoire – Lundi 2 novembre 2015
L’aéroport de Poitiers: une chance pour la Vienne – Lundi 26 octobre 2015
Retour sur le Congrès de l’Assemblée des Départements de France (ADF) – Lundi 19 octobre 2015
Pour une Vienne connectée ! – Lundi 12 octobre 2015
Faisons vivre l’esprit Futuroscope ! – Lundi 5 octobre 2015
Le schéma routier 2016-2021 sera présenté en janvier prochain – Lundi 28 septembre 2015
Baisse des dotations: une erreur de plus du Gouvernement – Lundi 21 septembre 2015
Une volonté au service de votre santé – Lundi 14 septembre 2015
Vive les États-Généraux de la ruralité ! – Lundi 7 septembre 2015
La vaccination est fondamentale ! – Lundi 3 août 2015
La Vienne toujours solidaire – Lundi 27 juillet 2015
Question parité, il y a les « diseux » et les « faiseux » – Lundi 20 juillet 2015
Seuls les actes comptent – Lundi 8 juin 2015
Argent public / Capital du 17 mai 2015 – Lundi 18 mai 2015
L’accueil des enfants de 0 à 6 ans, une grande responsabilité pour le Département – Lundi 11 mai 2015
Poitiers, ville capitale ! – Lundi 04 mai 2015
Plusieurs temps forts cette semaine du 13 au 18 avril – Lundi 13 avril 2015
Le jour d’après – Lundi 30 mars 2015
La Vienne Positive – Lundi 23 mars 2015
Pour nous, la priorité c’est l’emploi ! – Lundi 16 mars 2015
Pour un plan départemental du logement – Lundi 9 mars 2015
Pour la poursuite d’un plan départemental pour la santé – Lundi 2 mars 2015
Pour des États Généraux de la Ruralité – Lundi 23 février 2015
Propositions pour un Plan départemental pour la Jeunesse – Lundi 16 février 2015
Oui à la parité ! – Lundi 9 février 2015
Et si on parlait de la ruralité ?… – Lundi 2 février 2015
Élections Départementales J-55 – Lundi 26 janvier 2015
Et on reparle de la LGV Poitiers-Limoges… – Lundi 19 janvier 2015
La clause de compétence générale : une chance pour l’économie – Lundi 12 janvier 2015
Je suis Charlie – Jeudi 8 janvier 2015
Nous, c’est l’Union pour une Vienne qui rassemble, une Vienne qui gagne ! – Lundi 5 janvier 2015
 

Remonter

Lundi 14 décembre 2015

La droite doit faire son « coming in »

Hier soir, les français ont tranché : 7 régions à droite, 5 régions à gauche, 1 région « nationaliste » en Corse (résultats en métropole). Comme en mars dernier à l’occasion des élections départementales, le FN a échoué dans sa conquête du pouvoir régional, il n’en demeure pas moins que sa progression historique à de quoi nous inquiéter. Marine Le Pen est la seule qui est (quasiment) désormais qualifiée d’office pour le second tour de l’élection présidentielle. Reste à répondre à deux inconnues : la première, qui sera le mieux positionné chez les Républicains pour battre le fer, la deuxième, quels seront les ressorts qui nous permettront d’accéder au second tour et gagner ! Une chose est certaine : si notre famille politique ne tire pas immédiatement les enseignements de ce scrutin, dans 18 mois, François HOLLANDE aura de bons espoirs de briguer un deuxième mandat. La France et les français en seront les premières victimes mais nous ne pourrons pas jouer aux grands sauveurs. Pourtant, la situation sociale et économique est plus qu’étouffante : jamais la fiscalité n’a été si oppressante et insidieuse, déplaçant les baisses de l’Etat vers des augmentations des Collectivités, de nombreux secteurs clés comme le bâtiment sont à l’arrêt : fini depuis 7 ans le temps des grands chantiers, le chômage a dépassé les 10,5% et la croissance se fait attendre malgré les incantations gouvernementales qui n’ont rien de rassurantes. La vague bleue n’a pas eu lieu dimanche. Nous devons aborder les prochaines échéances avec lucidité, humilité, courage et responsabilité. Seul un diagnostic assorti d’un traitement de choc pourra nous remettre sur pieds. Et chacun doit y prendre part. J’entends par cela plusieurs choses : 1/Passer de la parole aux actes. Il faut montrer aux français que leurs dirigeants politiques agissent pour la collectivité avant de se positionner pour faire carrière. Le manque de résultats doit être un critère de non renouvellement des mandats y compris en interne. 2/Le cumul des mandats. Pour être efficaces et concentrés sur une mission, il ne faut pas s’éparpiller. Bien entendu, cela peut avoir son utilité dès lors que l’élu défend notamment un territoire rural et enclavé, mais il faut trouver le juste dosage, l’équilibre adéquat. 3/Adopter un projet réformateur et ambitieux. Il faut arrêter de se tortiller avec des examens de conscience permanents. Oui la droite doit revenir sur les 35h, sur l’égalitarisme, sur la considération de l’apprentissage, de la méritocratie et de l’entrepreneuriat… Les périphrases et les chemins parallèles ne suffisent plus. Il n’est pas question d’un Grand Soir de la droite mais plutôt d’un « coming in » en assumant nos idées et en les appliquant demain. Renouer avec les français doit être  notre priorité. Les mois qui suivront vont être cruciaux pour l’avenir de notre pays. La primaire de la droite et du centre doit être un modèle du genre : exemplaire même. Si elle tourne à la nuit des longs couteaux et à des querelles autocentrées, le pari sera perdu, si elle permet au contraire de faire émerger un débat, des idées et du concret, alors ça sera gagné et il n’y aura que des vainqueurs. Elus, petits et grands, décideurs publics, nous avons une responsabilité considérable. Celle de réussir pour notre pays, pour les français. Jamais la situation politique n’a été aussi sensible et elle doit conduire à une prise de conscience et à un changement d’attitude. Ne perdons plus de temps. Je suis résolument optimiste, pour vous, pour nous, pour la France. C’est dit.Remonter

Lundi 7 décembre 2015

« Ne répondons pas à l’extrémisme par les extrêmes »

Hier soir, les français ont placé en tête de leur vote le Front national, devant les Républicains, le Parti socialiste et les autres partis politiques traditionnels. Avec plus de 6 millions de voix accordées au clan Le Pen, les français ont répondu à l’extrêmisme par les extrêmes : c’est la réponse du 6 décembre au 13 novembre. Ce vote traduit plus qu’un simple avertissement : la ligne jaune a été franchie ; c’est un coup de tonnerre, l’expression d’une sidération, d’une exaspération, d’un désespoir, d’une défiance envers les élus. Ce qui était défini jusqu’à présent comme étant la « classe politique » a l’obligation de se réinventer sans quoi elle sera -elle seule- responsable du déclin y compris démocratique de la nation. Si nous nous contentons de glaner des prophéties, de donner des leçons et de ruminer des incantations, le deuxième tour n’en sera que plus rude. Il faut désormais donner des gages aux électeurs, de la confiance, de l’espoir et parler vrai. Plus de proximité, plus de résultats, voilà ce qu’attendent de nous les électeurs. Agissons vite avec humilité et efficacité. Les français ont essayé la droite au niveau national, ils ont été déçus, ils ont voté à gauche en 2012, le pays est à terre, c’est pourquoi ils se tournent à présent vers cette troisième voix, incarnée par le clan Le Pen, qui conduira pourtant le pays, si cela est confirmé dimanche prochain, dans une sombre impasse. Leur programme n’est basé que sur la noirceur de la société, ce qu’elle a en elle de plus vil et de plus misérable. Le Front national est la voiture balai du désespoir. En région Aquitaine, Virginie CALMELS encore inconnue du grand public il y a quelques semaines, se tient en position de challenger du candidat sortant socialiste, briguant un 4ème mandat consécutif. Il faut donner plus de place au renouveau, aux candidats de la société civile, pour qui la politique n’est ni un métier, ni un revenu, mais une conviction profonde et un engagement permanent: ce qui est mon cas.. Renouveler nos élus, donner la place aux jeunes et aux talents est une obligation morale. Si nos partis républicains veulent être pérennes, il faut en décrocher ceux qui s’y agrippent depuis trop longtemps et qui monopolisent les mandats tout en les cumulant. Cependant, je me félicite que nos équipes aient pu placer la droite républicaine et le centre en tête des votes dans la Vienne et dans la désormais ex région Poitou-Charentes. Dimanche prochain il nous faudra redoubler d’efforts pour convaincre les abstentionnistes d’aller voter, et rassurer les électeurs qui seraient tentés à nouveau de voter pour l’extrême droite en martelant : ne rajoutons pas de la misère à la misère. Un sursaut national est encore possible. J’ai foi en mon pays, je crois en la France et les français. Agissons. C’est dit !Remonter

Lundi 30 novembre 2015

« Virginie d’Aquitaine »

Les dimanches 6 et 13 décembre prochains, nous serons appelés à élire les membres de la future et nouvelle assemblée régionale : exit Poitou-Charentes, bienvenue dans la Grande Aquitaine. D’une surface égale à celle de l’Autriche, et autant peuplé que le Danemark, ce territoire est avant tout caractérisé par une alchimie entre littoral et terroirs. Riche en diversité de produits agricoles, de savoir-faire, d’industries, d’entreprises, notre région de demain sera incontestablement un atout majeur pour la Vienne. Au niveau international, Bordeaux est un nom qui résonne, qui rayonne, qui fait rêver, qui fait vendre. Et nous y serons désormais rattachés, sans pour autant perdre notre identité. Au contraire, elle sera réaffirmée et le Poitou sera une pierre angulaire de l’Aquitaine : nous y veillerons. Le Département aura plus que jamais un rôle majeur dans cette configuration. Celui de se positionner en véritable courroie de transmission entre les communes, les intercommunalités et la région. C’est l’échelon institutionnel adéquat pour traiter des affaires locales et les défendre au niveau régional. Sa place sera ainsi demain renforcée et nous serons au rendez-vous. Plusieurs alternatives vous seront proposées pour diriger la région :

  • Voter pour le Front national conduirait à une impasse. Son candidat tête de liste régionale est totalement inexpérimenté et ne fait que répéter en boucle les arguments nationaux de la famille Le Pen. Il n’ a pas de programme local. Sa campagne est hors sujet.
  • Voter pour le candidat socialiste, c’est le désigner pour la 4e fois consécutive Président de Région en plus d’être Député de gironde. Comment plaider sérieusement pour le non cumul des mandats dans son cas ?
  • Enfin, Virginie CALMELS est tête de liste pour la droite républicaine et le centre. Dotée d’une solide expérience dans les grandes entreprises de médias, elle a fait le choix courageux depuis mars 2014 de se consacrer à son mandat de 1ère adjointe de Bordeaux aux côtés d’Alain JUPPE. Issue de la société civile, tant sa personnalité neuve que son ambition forte pour la région seront incontestablement des moteurs indispensables pour gouverner ce vaste territoire.

Je plaide pour une Aquitaine forte, talentueuse, audacieuse, innovante et rayonnante, c’est pourquoi, je voterai Virginie d’Aquitaine. C’est dit !Remonter

Lundi 23 novembre 2015

« Ensemble, dessinons la Vienne de demain »

Hier le Futuroscope et le Center parcs, demain l’Institut international Joël ROBUCHON et l’Historial du Poitou. La Vienne est plus que jamais une terre de projets, un territoire d’avenir. Jeudi dernier à Paris, nous avons dévoilé les grandes lignes du projet d’école culinaire pluridisciplinaire sous l’égide du chef multi étoilé Joël ROBUCHON, aux côtés de Yves BOULOUX, de Guillaume de RUSSE, de Alain FOUCHE et de Jean-Pierre RAFFARIN. La Maison-Dieu à Montmorillon accueillera d’ici deux ans un site d’apprentissage prestigieux : 1200 étudiants y seront attendus en vitesse de croisière et étudieront dans un bâtiment de 4000m2 totalement rénové sous le crayon majestueux de l’architecte Pierre-Yves ROCHON, dont le challenge a été de proposer un ensemble préservant l’âme, l’histoire originels tout en modernisant le lieu avec audace. Grâce aux investisseurs chinois totalement mobilisés sur ce projet, nous allons réussir un pari inédit : revaloriser un bâtiment d’une beauté sans égale, équilibrer le nord et le sud du département, faire rayonner Montmorillon et la Vienne à travers le pays et le Chine, et attirer de nouveaux étudiants et de nombreux touristes. Le Chef ROBUCHON a l’ambition de faire de cet établissement « l’école polytechnique de la cuisine ». Un restaurant d’application et quinze suites hôtelières agrémenteront le lieu qui sera ouvert à toutes et à tous : des cours  amateurs y seront aussi dispensés. Connue jusqu’à ce jour pour ses macarons, la ville de Montmorillon sera demain une capitale gastronomique. Futuroscope, Center parcs, Robuchon…avec ces structures aux noms qui résonnent au niveau international, nous sommes résolument tournés vers l’avenir. Ensemble, dessinons la Vienne de Demain. C’est dit ! Remonter

Lundi 16 novembre 2015

« Je suis Paris »

Vendredi dernier, Paris et la France ont été attaquées par des barbares kamikazes armés. Les terroristes de l’Etat islamique, Daesh, ont revendiqué ces attentats multi-sites. Je m’associe au deuil des familles, aux souffrances des victimes et tiens à saluer particulièrement le courage des forces de l’ordre et le sang-froid des soignants. Face à cet « acte de guerre », comme l’a qualifié le Chef de l’Etat, nous avons un devoir d’union et d’action. Notre liberté a été attaquée, mais la République est plus forte. C’est le message que nous avons envoyé dès samedi dernier avec Alain FOUCHE, Alain CLAEYS, Véronique MASSONNEAU, Jean-François MACAIRE et d’autres, main dans la main et entonnant la marseillaise, Place du Maréchal Leclerc à Poitiers. Si l’effroi, la peur et l’émotion sont des sentiments qui nous bouleversent et nous saisissent depuis trois jours, nous ne devons pas faiblir ni même baisser les bras. Bien au contraire, notre force est à puiser dans le rassemblement de tous les moyens et énergies. Elus et agents du Département de la Vienne seront totalement mobilisés pour soutenir les décisions de l’Etat et pour protéger, à notre niveau, nos concitoyens. C’est pourquoi j’ai immédiatement demandé au Directeur du SDIS86 de proposer l’aide des sapeurs-pompiers de la Vienne à ses homologues franciliens. Aujourd’hui, je réunirai comme chaque lundi les élus de la majorité du Conseil départemental. Nous passerons en revue les mesures à prendre en termes de sécurisation de bâtiments, des collèges et des transports publics. Nous ne serons pas passifs, la situation exige que nous soyons déterminés et proactifs. La Vienne s’engage, la Vienne est solidaire. C’est dit ! Remonter

Lundi 9 novembre 2015

Pompiers et Sécurité riment avec priorité

La sécurité civile, notamment le Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS) sous notre responsabilité, constitue un enjeu majeur pour le Département. Dès le 2 avril, j’ai nommé Marie-Jeanne Bellamy à la Présidence du Conseil d’Administration. C’est la première fois qu’une femme est à la tête de cette mission. Je souhaite avant tout rendre hommage à son engagement et son énergie déployés quotidiennement au service de cette mission exigeante. Le lien permanent entre l’Exécutif départemental et la Direction du SDIS est une réalité. Il s’affirme par plusieurs décisions importantes actées dès les 7 premiers mois de notre mandature. Ces décisions émanent de la volonté et de la détermination politiques de la Majorité départementale. Deux choix récents illustrent particulièrement notre volonté d’un SDIS performant et moderne :

  • le Département a fait le choix de la construction d’une nouvelle caserne à Poitiers, sur le site de la Blaiserie, pour remplacer celle de Pont-Achard. C’est un investissement de plus de 10 millions d’euros. L’Exécutif départemental, et lui seul, est à l’origine de ce chantier important pour les habitants du Grand Poitiers.
  • la contribution du Département de la Vienne au SDIS en 2016 va progresser de 300.000 €, ce qui est exceptionnel dans le contexte de saignée que l’Etat fait subir aux collectivités.

Ces deux décisions sont des preuves, s’il en fallait, à la fois notre soutien à toutes celles et tous ceux qui participent au sein du SDIS à la Sécurité des habitants de notre département et constituent également les premiers témoignages d’un service encore plus performant. Je tiens ici à rendre hommage à l’engagement des hommes et femmes du feu qui interviennent à chaque instant et de manière continue, parfois au péril de leur vie, sur des situations périlleuses: incendies, secours à la personne, incidents chimiques… Les récents accidents de bus en Gironde et en Charente ont à nouveau montré l’efficacité et le grand professionnalisme des sapeurs français. Je participerai bien évidemment, et comme chaque année, à la Sainte-Barbe départementale le 4 décembre prochain par respect pour nos 1580 pompiers professionnels et bénévoles. Pour la Majorité départementale, Pompiers et Sécurité riment avec priorité. C’est dit ! Remonter

Lundi 2 novembre 2015

Acteur majeur de l’aménagement du territoire

Chaque semaine, je parcours le département. Mes rencontres avec les Maires sont riches d’enseignements. Ces huit derniers jours, j’ai rencontré et échangé avec ceux de Valdivienne, Angliers, Saint-Sauvant et Beuxes. Leur attente a évolué. La priorité des Maires n’est plus dans la recherche d’un financement pour un équipement communal particulier (nouvelle mairie, salle des fêtes…) ou l’implantation d’une structure d’enjeu « cantonal » (complexe sportif, EHPAD,…) mais dans le besoin de « services » qui permettront à leur commune de répondre aux attentes de leurs habitants ou, mieux encore, d’accueillir une nouvelle population captée sur l’extérieur. Trois sujets majeurs se détachent chez les élus locaux: la couverture numérique, les infrastructures routières et la présence des professionnels de santé. La couverture numérique est un chantier prioritaire pour la Majorité départementale. Le Schéma Départemental d’Aménagement Numérique (SDAN) a été adopté et son calendrier précisé. Il est porté depuis 7 mois par Séverine Saint-Pé. Notre objectif est de permettre une montée en débit satisfaisante pour tous les territoires d’ici 2019-2020. Près de 50 millions d’euros y seront consacrés. Les dossiers pour l’obtention de fonds européens (FEDER et FEADER) sont « incomplets » du fait de l’absence d’engagement de la Région et de l’Etat. Cela est inacceptable! De plus, l’Etat annonce que ces « investissements » se feront sans possibilité de récupération de la TVA pour le Département. Ce qui engendrera de fait un impact de 20% du coût (FCTVA = 15,4%). Nous allons donc nous employer à faire « bouger le dossier » tant les attentes sont fortes et les enjeux prioritaires pour notre « Vienne 2025″ que nous allons dessiner à l’issue des États Généraux de la Ruralité. Concernant les routes, nous allons présenter début 2016, le premier schéma routier. Ce sera un programme sur 5 ans. Pour construire ce schéma, nous allons venir à la rencontre des élus avec Gilbert Beaujaneau à l’occasion de « conférences de territoire » dont la première se tiendra à la fin du mois. Permettre la mobilité entre les territoires et améliorer la sécurité seront les deux enjeux de ce schéma routier 2016-2021. Enfin, la présence des professionnels de santé est au cœur de nos priorités depuis 2004. Nous commençons à avoir les premiers résultats de notre détermination. Il ne faut pas relâcher cet effort. Anne-Florence Bourat travaille à apporter de nouvelles réponses. En plus de ces enjeux très attendus par les Elus locaux, nous gardons à l’esprit une autre priorité : l’entretien de nos collèges. Nous travaillons avec Henri Colin à l’établissement d’un « Plan Collèges » sur les 10 prochaines années. Ce plan sera prêt en 2016. Il fera partie de notre feuille de route pour la « Vienne 2025″. L’investissement, toujours l’investissement, pour permettre l’avenir, soutenir l’économie de proximité et créer des emplois locaux. À côté de nos politiques sociales pour lesquelles nous consacrons toujours plus de 50% du budget, le Département va continuer à jouer au cours de cette mandature, son rôle d’acteur majeur en faveur de l’aménagement du territoire. C’est dit ! Remonter

 Lundi 26 octobre 2015

L’aéroport de Poitiers: une chance pour la Vienne

Depuis longtemps, nous avons la conviction que l’aéroport de Poitiers est un outil très fort au service de la Vienne, au service de notre attractivité, du tourisme, de l’économie et même de la santé car il est indispensable au CHU tant pour les cas d’urgence que dans les cas de greffes d’organes. Dès avril dernier, j’ai souhaité présider le syndicat mixte de l’aéroport pour afficher la volonté politique de la Majorité départementale de donner un nouvel élan à cet équipement. Notre aéroport dispose d’un potentiel conséquent. Il fautl’affirmer et transformer l’essai. Jusque là, nous étions les seuls à exprimer ce choix. Il fallait aussi se mobiliser pour y arriver et fédérer autour de nous. Nous venons de décider le renouvellement jusqu’en 2019 du contrat de la compagnie Hop! pour l’exploitation de la ligne La Rochelle-Poitiers-Lyon et ce malgré le désengagement de l’Etat qui apportait 4 des 6 millions d’euros du coût, sur 4 ans, du fonctionnement de cette ligne très utilisée par des chefs d’entreprises. Ceux-ci peuvent en effet ainsi se connecter sur les autres lignes de Lyon-Saint Exupéry vers Nice, Toulouse et Milan. Suite à ce désengagement de l’Etat, j’ai écrit (comme d’autres) au Secrétaire d’Etat aux Transports qui n’a toujours pas pris la peine de me répondre. Dont acte. Grâce à nos relations avec le Département de la Charente-Maritime, Dominique Bussereau, son Président, a accepté de flécher, pour le financement de la ligne, un million d’euros sur deux années (2016 et 2017) pris sur les compensations qu’il a obtenu de l’Etat à la suite de l’arrêt du projet de l’autoroute A831. Ça a été le premier signe d’espoir. Le financement de l’Etat vient de là (uniquement de là !) et tout ceux qui affirment autre chose tentent de détourner la vérité pour arranger l’histoire à leur profit. Après cela, la Région Poitou-Charentes a voté une subvention dont nous espèrons le versement avant qu’elle ne soit dissoute dans la nouvelle Grande Région. Cet aéroport est utile et nous aurions tort de nous en détourner. Nous regrettons que la Chambre de commerce annonce sa volonté de sortir du syndicat mixte. La progression que l’aéroport de Poitiers enregistre ces derniers mois peut nous laisser penser qu’il passera en 2015 à plus de 120.000 passagers contre 110.000 en 2014. Je tiens à renouveler mes remerciements à Dominique Bussereau, Président du Département de Charente-Maritime, Député, Ancien Ministre, à Pascale Moreau, Vice-Présidente du Conseil Départemental en charge de l’aménagement du territoire et El Mustapha Belgsir, 1er Vice-Président du Grand Poitiers, pour l’aide importante qu’ils ont apportée ces derniers mois. Avec Vinci, l’exploitant de l’aéroport, nous avons l’ambition de porter le nombre de passagers à 150.000 d’ici 2020. C’est dit ! Remonter

Lundi 19 octobre 2015

Retour sur le Congrès de l’Assemblée des Départements de France (ADF)

Le 85e congrès de l’ADF s’est tenu à Troyes du 14 au 16 octobre dernier. La Vienne était représentée par Claude Eidelstein, Président de la commission des finances,Benoit Coquelet, Vice-Président en charge de l’économie et de l’insertion et votre serviteur. Plusieurs éléments sont ressortis de nos échanges très utiles au partage d’expériences:

  1. 90% des Départements sont dans une situation financière intenable suite à la baisse des dotations de l’Etat et la hausse exponentielle des Allocations Individuelles de Solidarité (AIS), principalement le rSa (Revenu de Solidarité Active). Le Gouvernement continue à décider de baisser les recettes des Départements, notamment le seul impôt dynamique, la Contribution sur la Valeurs Ajoutée des Entreprises (CVAE) et d’augmenter leurs charges (hausse du rSa à la rentrée, plan pauvreté décidé par le Gouvernement mais financé en partie par les Départements…). Conséquence directe : les Départements vont se concentrer sur leurs compétences et leurs politiques: solidarités, collèges, aménagement du territoire pour les plus importantes.
  2. L’ADF demande donc une « recentralisation » du RSA. C’est à dire une gestion directe par l’Etat. Mais sur quelles bases de financement ? Il faut rester très vigilant car les Départements sont actuellement contributeurs au-delà de ce que l’Etat abonde. Chat échaudé craint un Gouvernement de Gauche sans vision pour les territoires.
  3. La Ministre Marylise Lebranchu n’a apporté, sans surprise, AUCUNE réponse sur ce sujet ni même sur d’autres. Il n’a pas été possible de lui poser de questions à la suite de son intervention. J’en avais prévu une portant sur le plan Numérique pour lequel l’Etat vient d’annoncer que la TVA ne serait pas récupérable, soit un surcoût de 20% ! Peine perdue, la Ministre a quitté la salle immédiatement la fin de son (pathétique) discours au cours duquel elle s’est même permise quelque ironie envers le Département de l’Aube qui nous recevait ! (Un grand merci à Philippe Adnot, Président de l’Aube, pour son accueil).
  4. La Loi NOTRe qui vient d’être adoptée par le Parlement n’apporte rien. « Tout ça pour ça » ou « pourquoi casser ce qui fonctionne » font partie des conclusions de Gérard Larcher, Président LR du Sénat, et Jean-Paul Huchon, Président PS de la Région Île-de-France, à la suite de la présentation qui nous en a été faite. Il est fort probable que les Régions gardent la gestion des transports scolaires. Les Départements n’ont pas vocation à être des supplétifs de l’action régionale et sont aujourd’hui inquiets de devoir conduire une politique de gestion qui n’aura plus la finesse de la proximité, ce qui est pourtant inscrit dans leur ADN.
  5. La Motion finale, très forte grâce à Dominique Bussereau et Benoit Huré, Président du groupe DCI et Président du département des Ardennes, a été adoptée à l’unanimité des 102 membres de l’ADF, y compris par les présidents de Gauche. Nous serons totalement solidaires. Un point sera fait à l’occasion d’une Assemblée générale de l’ADF qui se tiendra courant décembre.
  6. Constat positif suite aux échanges sur place : la Vienne est l’un des rares Départements à maintenir son budget d’investissement (81M€ prévus pour 2016) et à avoir une feuille de route pour la mandature 2015-2021 : plan Tourisme, schéma routier 2016-2021, schéma numérique (SDAN 2015-2019), plan santé, schéma de l’autonomie 2015-2020, schéma de l’enfance et de la protection de l’enfance, plan collèges (24M€ en 2015), schéma de l’eau, plan pour le logement (2016), plan jeunesse, accompagnement en hausse du SDIS…
  7. Nous allons travailler avec Benoit Coquelet, Vice-Président à l’économie et l’insertion, à de nouvelles pistes innovantes pour tenter d’insérer plus de bénéficiaires du rSa, notamment grâce aux équipes VEI (Vienne Insertion Emploi). Je le remercie de son engagement très fort.
  8. Sur proposition de Dominique Bussereau, Président de l’ADF et Président du Département de la Charente-Maritime, je vais animeraux côtés de Bernard Bonnes, Président du Département de la Loire, la Commission de l’ADF en charge des « politiques territoriales », plus spécialement en ce qui me concerne sur les thématiques Culture et Tourisme qui restent des compétences « partagées ». Cette commission réunit d’ores et déjà 51 Présidents de Départements.

Nous restons mobilisés à 100% pour faire en sorte que notre mandat soit utile à tous les habitants de la Vienne. Le Département est – ironie de l’histoire – le seul élément de stabilité dans le big-bang de la réforme des collectivités locales. C’est dit !Remonter

Lundi 12 octobre 2015

Pour une Vienne connectée !

C’est incontestablement un enjeu pour les territoires. C’est en tout cas une priorité pour notre Département. Nous nous donnons le mandat pour faire disparaître la fracture numérique et offrir la couverture la plus importante possible pour tous les foyers de la Vienne, notamment grâce à la montée en débit. À l’heure du tout numérique, nous devons avoir cette ambition. Un plan de 50 millions d’euros est prévu. Séverine Saint-Pé, Vice-Présidente en charge du Schéma Départemental d’Aménagement Numérique (SDAN) est totalement mobilisée sur le sujet depuis six mois. Aujourd’hui, nous sommes toujours en attente que la Région soit dans la même dynamique : force est de constater qu’elle n’est toujours pas au rendez-vous, davantage préoccupée par le scrutin de décembre prochain. Avec le schéma routier 2016-2021 qui sera présenté par Gilbert Beaujaneau fin janvier, notre nouveau plan d’aide aux communes adopté début décembre sur proposition de Pascale Moreau et la poursuite du plan santé que mène Anne-Florence Bourat, le SDAN est une de nos quatre politiques prioritaires pour donner un véritable avenir à notre ruralité. La Vienne 2025, telle que nous l’espérons et que nous l’imaginerons grâce aux propositions des États Généraux de la ruralité, passe avant tout par la réussite de cette politique, celle que porte la Majorité départementale. Pour une Vienne connectée, nous sommes toutes et tous pleinement engagés. C’est dit ! Remonter

Lundi 5 octobre 2015

Faisons vivre l’esprit Futuroscope !

À l’occasion de notre dernière Commission Permanente, les élus du Conseil départemental ont assisté à la présentation du bilan de la saison du Futuroscope par Dominique Hummel. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Ils nous rappellent que notre parc de loisirs est le deuxième de France avec 50 millions de visiteurs depuis 1987. Un français sur deux est déjà venu au Futuroscope. Quelle merveilleuse vitrine pour la Vienne et pour l’image du volontarisme politique du département ! Ayons toujours à l’esprit comment le projet est né par la volonté du Président Monory, comment nous avons su, en 2002-2003, donner une nouvelle vie au Parc et comment en 2010 nous avons pu porter le projet de création du Center Parcs – en partenariat avec la Compagnie des Alpes – tout en s’appuyant sur notre savoir-faire ainsi que sur les acquis du Futuroscope. La Majorité départementale s’est donnée un objectif clair: passer l’activité touristique de la Vienne de 700 millions d’euros de chiffre d’affaire en 2014 à 1 milliard en 2021. Cela permettra la création de centaines d’emplois. La bonne saison 2015 du Futuroscope a permis le recrutement de 150 personnes supplémentaires. Quant au Center Parcs, les débuts sont prometteurs: plus de 300.000 nuitées depuis l’ouverture et 500 emplois créés ! Alors continuons ! Les projets pour le Futuroscope ne manquent pas avec, notamment, « l’âge de glace », les voyages extraordinaires inspirés de Jules Vernes et Darwin IV.  Et nous ne manquerons de célébrer comme il se doit en 2017 les 30 ans du Futuroscope ! Pour atteindre notre objectif, deux outils sont à notre disposition :

  • l’ATV, l’Agence Touristique de la Vienne, présidée par Jean-Pierre Raffarin, travaille avec énergie au service de notre attractivité. Le « projet Robuchon » à Montmorillon sur lequel elle est totalement mobilisée est en tout point exceptionnel.
  • la Société d’Economie Mixte (SEM) Patrimoniale laquelle est aujourd’hui engagée dans le développement économique (notamment sur l’extension de l’entreprise Mécafi de Châtellerault). Elle portera demain des projets à vocation touristique comme l’Historial ou pourquoi pas à Charroux. Cette Société d’Economie Mixte restera ainsi dans la dynamique du département même après le transfert de la compétence « économie » à la Région. Elle va bénéficier des dividendes du Futuroscope. Les projets devenus réalité au service de nouveaux projets.

Notre département dispose de potentiel et d’atouts. Les équipes, de la créativité et de l’inventivité. Les élus, la volonté et la détermination ! Avec l’envie de faire vivre « l’esprit Futuroscope » qui tient aux tripes du département depuis bientôt 30 ans. C’est dit ! Remonter

Lundi 28 septembre 2015

Le schéma routier 2016-2021 sera présenté en janvier prochain.

Il y a 6 mois, le 29 mars dernier, les électrices et électeurs de la Vienne donnaient une victoire sans appel aux candidats de la Majorité Départementale – Union Pour la Vienne. Depuis la décentralisation, jamais une majorité aussi forte n’est sortie des urnes. Notre équipe départementale dispose de six années pour mettre en place le programme que nos candidats avaient clairement défendu dans ce temps démocratique. Au cours de ces six derniers mois, le travail et l’assiduité de l’équipe ont permis d’ores et déjà d’avancer certains pans de notre politique:

  • le nouveau plan d’aide aux communes sera adopté en décembre avec l’objectif de favoriser l’investissement, incontournable pour soutenir l’économie et les entreprises locales.
  • les collèges demeurent une priorité (24 millions d’euros de travaux en 2015 + 2e plan collège).
  • le développement du tourisme permettra la mise en valeur de tout le territoire départemental et la création d’emplois (objectif: 1 milliard d’€ de chiffre d’affaires en 2021 contre 700 millions en 2014). Le succès du Center Parcs illustre parfaitement cette volonté (300.000 nuités en 3 mois).
  • le schéma de l’eau et l’ouverture du Bois de la Loge (Pouillé) sont à l’image de notre détermination pour l’environnement.
  • le schéma de l’autonomie continue d’accompagner nos aînés et les personnes handicapées.
  • la poursuite du « plan santé » est une de nos priorités qui répond à un réel besoin : 8 médecins installés depuis avril 2013 et 13 maisons de santé pluridisciplinaires ouvertes.
  • un nouvel appel à projets a été lancé en faveur de la protection de l’enfance.
  • notre engagement pour favoriser les « circuits courts » est notre soutien aux difficultés des agriculteurs et éleveurs du département. Nous présenterons en décembre nos propositions.
  • les Heures Vagabondes 2015 ont été un succès avec 74.000 spectateurs. Nous renouvellerons ce festival en 2016 car c’est devenu un moment culturel fort du Département.
  • les États Généraux de la ruralité répondent à une attente forte des territoires. Ils permettront la publication en septembre 2016 d’un livre blanc de propositions.
  • nous sommes mobilisés (les seuls ?) pour permettre un avenir à l’aéroport de Poitiers au service de l’économie et du tourisme.

Comme je l’ai déjà annoncé, 2016 sera l’année de la mise en place d’une agence départementale du logement. Début 2016, nous présenterons également le schéma routier indispensable à l’aménagement du territoire et à l’attractivité de la Vienne. Nous avons commencé à y travailler. N’en déplaise aux fossoyeurs des Départements et aux mauvaises langues, notre majorité, notre institution, sont présentes au quotidien aux côtés des habitants et des acteurs économiques et publics. Nous comptons bien confirmer dès début 2016 que le Département est l’échelon parfaitement adapté afin de répondre aux défis imposés par la nouvelle région Aquitaine: véritable courroie de transmission mais aussi le balancier nécessaire à un équilibre harmonieux des territoires. Nous continuerons dans les mois à venir à expliquer sur le terrain « hors les murs » notre politique et nos actions, notamment devant l’ensemble des Maires à l’occasion d’une tournée des cantons avant l’été prochain. Être à vos côtés reste, depuis le premier jour, notre volonté. C’est dit ! Remonter

Lundi 21 septembre 2015

Baisse des dotations: une erreur de plus du Gouvernement

La baisse drastique des dotations versées par l’Etat aux collectivités locales a suscité la mobilisation des élus ce samedi et fait monter un peu plus leur colère. D’autant que les élus locaux sont pointés du doigt et accusés de gestion dispendieuse alors qu’ils sont en permanence confrontés à la nécessité de devoir trouver des solutions pour assurer malgré tout l’avenir de leur territoire. Un exemple parmi d’autres se trouve dans l’arrêt par les services de l’Etat du traitement des demandes de Permis de Construire face auquel les communes ont été obligées de s’organiser, avec un coût pour elles à l’appui. L’autonomie financière des collectivités locales est ainsi gravement compromise, contrairement à l’esprit de la décentralisation. La conséquence immédiate du désengagement de l’Etat réside en un très fort ralentissement des investissements des communes et des départements. Ils représentaient encore récemment plus de 70% des investissements publics. C’est aujourd’hui à peine plus de 40%. Cette chute est d’autant plus forte qu’elle est également la conséquence d’une angoisse montante depuis plusieurs mois chez les élus locaux après le cafouillage sur les incertitudes non levées concernant l’avenir des communes et de leur partenaire privilégié qu’est le département. Dans la Vienne, pour illustrer ce phénomène il suffit de regarder l’état des « instances » concernant les demandes de subventions des communes auprès du département. Il est passé de 14 millions d’euros en juillet 2014 à 8 millions d’euros en juillet 2015. Plus de doute, les investissements des communes sont en chute libre. Les entreprises locales en sont d’ores et déjà les premières victimes, notamment dans le secteur du BTP. L’objectif du département de la Vienne est de restaurer le niveau des investissements car il est synonyme d’emplois ! Le prochain plan d’aide aux communes devra en être l’illustration. En cohérence avec cette volonté farouche, la Vienne affichera en 2016 un niveau d’investissement égal à celui de 2015 (autour de 81 millions d’euros) et nous serons particulièrement attentifs à tous les projets des territoires. C’est dit ! Remonter

Lundi 14 septembre 2015

Une volonté au service de votre santé

Ce lundi matin, nous recevons avec Anne-Florence Bourat, Conseillère départementale déléguée aux politiques de santé, les étudiants en médecine sous contrat avec le Département de la Vienne. Ils sont une vingtaine auxquels la collectivité verse une bourse de 38.000€ en échange d’un engagement d’installation dans un territoire en manque de médecins. Plusieurs sont déjà en activité à Gençay, Moncontour et Sommières-du-Clain. Nous avons commencé cette démarche dès 2004 sous la mandature d’Alain Fouché, associée à un schéma d’aménagement et de réalisation d’une quinzaine de maisons de santé pluridisciplinaires sur tout le territoire, Nous étions l’un des tout premiers Départements à se mobiliser sur ce sujet si important pour l’attractivité des territoires menacés par l’apparition de « déserts médicaux ». La santé n’est pourtant pas une compétence des départements. La santé publique est bien, comme son nom l’indique, une responsabilité de l’Etat et du Gouvernement. Mais, là encore, on assiste à une fuite en avant. Cette semaine, le Parlement est saisi d’un projet de loi sur la santé. La Ministre n’apporte aucune réponse dans un texte fourre-tout. Je vous invite à suivre l’intervention que Corinne Imbert, Sénatrice de Charente-Maritime, fera aujourd’hui au Sénat en réponse à ce projet de loi du Gouvernement qui n’apportera pas les réponses dont les territoires ont besoin. C’est pour cela que toutes ces questions de santé seront évoquées au cours des États-Généraux de la ruralité que nous venons d’ouvrir avec succès devant plus de 200 personnes réunies à Availles-en-Châtellerault. Notre crainte se renforce avec l’éloignement du centre de décision. Dans quelques semaines, l’Agence Régionale de Santé quittera Poitiers pour Bordeaux. Or, la santé se gère dans la proximité. Quelles conséquences pour nos territoires et les politiques que nous menons avec force depuis plus de 10 ans ? Nous nous mobiliserons également pour le maintien des services d’urgences de Loudun et Montmorillon. Malgré la perte de la clause de compétence générale, le département de la Vienne poursuivra dans les 5 années à venir ses engagements au service de la santé des 430.000 habitants de la Vienne et de ses territoires. C’est dit ! Remonter

 

Lundi 7 septembre 2015

Vive les États-Généraux de la ruralité !

  Mercredi matin, le Département de la Vienne ouvre à Availles-en-Châtellerault les États-Généraux de la ruralité. Notre objectif est triple: – Faire une photographie des territoires en 2015 avec leurs atouts, leurs fragilités, leurs craintes et leurs espoirs. – Entendre les doléances de tous les acteurs de terrain et connaître leur analyse sur la situation actuelle ainsi que leur vision pour les prochaines années. – Rédiger un livre blanc de propositions pour dessiner la Vienne de 2025. Après cette matinée de mercredi, plus de 40 auditions sont ainsi d’ores et déjà programmées: services de l’Etat, consulaires, partenaires sociaux, représentants des élus locaux… Je mènerai personnellement une grande partie de ces rencontres avec mon collègue Jean-Olivier Geoffroy., Vice-Président du Département en charge de l’agriculture et de la ruralité. Le livre blanc devra être prêt pour l’automne 2016. Nous souhaitons en effet inscrire la question du devenir des territoires et de la ruralité au cœur des débats qui auront lieu dans les neuf mois suivants (Primaires en novembre 2016, élections présidentielles en avril-mai 2017, élections législatives en juin 2017). Il n’est nullement question de « diviser ou d’opposer » les territoires. Pourquoi le ferai-je ? (rappel: à l’exception de ceux de 4 cantons sur 5 de Poitiers, 100% des élus des 22 et 29 mars dernier soutiennent la Majorité départementale !). Nous souhaitons construire une Vienne plus forte, une Vienne positive. Le Conseil départemental y prendra naturellement toute sa place. Ne comptez donc pas sur moi pour tenir un discours « pleurnichard » ou nostalgique. Il sera offensif et dynamique car je crois en la Vienne ! C’est dit ! Remonter

Lundi 3 août 2015

La vaccination est fondamentale !

La défiance envers les vaccins conduit la Ministre de la santé à lancer un débat national. L’initiative est excessivement louable. Il faut espérer qu’à l’issue de ce débat plus personne ne remettra en question le bien fondé et la nécessité de se vacciner.  Comme toute substance active administrée dans l’organisme, un vaccin peut générer des effets secondaires plus ou moins graves. Personne ne le conteste. Mais le nombre de cas reste infime au regard des millions de vaccinations pratiquées chaque année dans le monde.  « La balance entre les bénéfices et les risques penche un faveur du vaccin ». Surtout, aucun lien de causalité directe n’a jamais été établi entre vaccins et apparition d’une pathologie ou d’un handicap durable. Beaucoup de rumeurs existent. Le vaccin ROR (contre la rougeole, les oreillons et la rubéole) est accusé en 1998 de provoquer l’autisme. FAUX ! Le vaccin contre l’hépatite B est régulièrement pointé du doigt comme catalyseur de cas de sclérose en plaque. Huit études publiées en 1999 et 2009 ont écarté jusque-là cette suspicion.  Les opposants aux vaccins existent depuis que les vaccins existent. Aujourd’hui, ils seraient moins de 10% mais, grâce aux réseaux sociaux, leurs messages trouvent des échos. D’où l’idée de ce débat national à l’automne. Un peu d’Histoire pour garder à l’esprit le bénéfice incontestable de l’apport des vaccins depuis la fin du XVIIIe siècle. Rappelons-nous Pasteur et la victoire contre la rage. La variole a totalement disparu de la surface du globe depuis le début des années 1980 grâce à la vaccination. De même, les cas de polio dans le monde se limitent à quelques centaines lesquelles se concentrent dans un nombre très restreint de pays aujourd’hui (Afghanistan, Pakistan, Syrie). Jusqu’à l’apparition du HIV dans les années 1980, on doit au BCG d’Albert Calmette et Camille Guérin la maîtrise de la tuberculose qui a tué un milliard d’humains entre 1850 et 1950. Enfin, un espoir existe pour lutter contre le virus Ebola.  Ayons également à l’esprit que le tétanos tue encore en France des personnes non vaccinées et que le vaccin anti-grippe protège d’un virus qui provoque toujours le décès de 2000 personnes chaque année malgré tous les messages incitatifs à la vaccination chez les sujets fragiles.  Le virologue Bruno Lina insiste « Ne pas se vacciner, c’est devenir une bombe infectieuse pour les autres » et j’approuve sans réserve les propos de la Ministre de la santé qui « veut contrer ceux qui jouent sur des peurs scientifiques infondées ». « Face à la défiance, il faut du courage politique ». Je compte sur la Ministre de la santé pour être très claire sur l’impérieuse nécessité de se tenir au calendrier vaccinal validé par l’OMS. C’est dit !    Remonter

Lundi 27 juillet 2015

La Vienne toujours solidaire

L’actualité de ces derniers jours est marquée par deux faits de portée régionale et nationale. Rencontre avec les agriculteurs à Dienné.Tout d’abord, le désarroi des agriculteurs et des éleveurs s’est exprimé. J’ai immédiatement apporté le soutien du Conseil départemental. Dès mardi, nous nous sommes tenus informés en permanence de l’évolution du mouvement et des revendications, notamment en relation avec le Président de la Chambre d’agriculture Dominique Marchand. Nous avons rencontré des éleveurs vendredi. La situation économique n’est plus tenable : hyper-concentration des centrales d’achat qui étranglent les exploitants agricoles, concurrence intra-européenne, fin des quotas laitiers et tensions des prix, forte baisse des prix agricoles à la production qui conduit à une dégradation des marges, trésoreries exsangues, normes environnementales de plus en plus nombreuses et contraignantes… Il y a urgence à répondre à la détresse des agriculteurs et des éleveurs ! À la mesure de nos moyens et de nos compétences, le Conseil départemental de la Vienne entend montrer l’exemple pour manifester notre solidarité avec le monde agricole qui nous est proche. Dès aujourd’hui, nous étudions la possibilité de mettre en place à la prochaine rentrée un objectif simple : 100% des produits servis dans les collèges publics seront d’origine française. Nous allons également étudier comment cette mesure pourrait également s’appliquer aux EHPAD, autre compétence forte du Département. D’autre part, depuis quatre jours, un violent incendie s’étend en Gironde depuis la commune de Saint-Jean-d’Illac jusqu’aux portes de l’agglomération Bordelaise. J’ai demandé dimanche matin au Colonel Mairesse, Directeur du Service Départemental d’Incendie et de Secours de la Vienne (SDIS), de se rapprocher des autorités du secteur concerné pour mettre à disposition des pompiers de la Vienne qui seraient volontaires pour renforcer les équipes sur place. Une quarantaine d’hommes s’est immédiatement portée volontaire. Ils seront éventuellement engagés sur décision du commandement régional tout en tenant compte à ne pas fragiliser notre dispositif départemental en raison de la sécheresse très marquée chez nous également. Une fois encore, dans la Vienne, la solidarité est un mot qui a du sens. C’est dit ! Remonter

Lundi 20 juillet 2015

Question parité, il y a les « diseux » et les « faiseux »

La présentation par le Président socialiste sortant de la région Aquitaine de ses têtes de liste départementales pour les prochaines élections régionales de décembre est en décalage total avec le discours que la Gauche tient depuis plusieurs années sur la parité. Sur les 12 départements de la nouvelle région, on trouve 11 hommes et une seule femme contrairement à Virginie Calmels qui présentera les 6 et 13 décembre 6 hommes et 6 femmes pour conduire ses listes dans chaque département. Cette erreur de casting a suscité quelques réactions mais aucun commentaire chez ses « amiEs » socialistes. La Gauche y était pourtant tellement attachée qu’elle a inventé pour les dernières élections départementales une nouvelle Loi électorale qui s’est en fait retournée contre elle. D’ailleurs, avant ces élections départementales, j’avais pris l’engagement sur ce site de prendre bien en compte la place des femmes dans le fonctionnement de notre département si j’en devenais le Président. Qu’en est-il 3 mois et demi après mon élection : – Sur les onze vice-présidence du Conseil départemental, j’ai fait le choix d’en confier 6 à une femme contre 5 à un homme. – la Première Vice-Présidence – le Numéro 2 de notre Exécutif – est confiée à une femme d’engagements, Valérie Dauge qui assure en plus la responsabilité d’un secteur fort des politiques départementales, le soutien aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Je la remercie d’avoir accepté ces lourdes missions. – J’ai nommé une femme à la Présidence du SDIS (Service Départemental d’Incendie et de Secours), Marie-Jeanne Bellamy dont je connais l’énergie. C’est une première. – J’ai choisi une femme, Pascale Moreau, pour conduire notre nouvelle politique d’aides aux territoires. Chacun connaît l’importance que je donne à ce choix politique de soutenir les investissements de toutes nos communes. Pascale Moreau a montré son savoir-faire à la tête de la mairie de La Roche-Posay et elle connaît parfaitement tous les territoires de notre département. – J’ai demandé à une femme, Rose-Marie Bertaud, Conseillère départementale de Vivonne, de présider l’IDEF. Une autre première ! L’IDEF (Institut Départemental de l’Enfance et de la Famille) que j’ai présidé de 2004 à 2008, est l’un des acteurs les plus importants dans nos politiques de protection de l’Enfance. Chacun sait combien j’y suis attaché. – J’ai nommé une femme, Anne-Florence Bourat, à la tête du centre hospitalier Laborit. Elle prendra officiellement cette mission au 1er janvier 2016 à la suite du Professeur Bontoux. Anne-Florence Bourat, Conseillère départementale de Châtellerault, conduit également une autre politique forte, déterminante pour l’avenir d’un département, celle de la santé avec la lourde tâche, initiée depuis 2004, de permettre l’installation de professionnels de santé sur tous les territoires afin d’éviter les déserts médicaux. – D’autres élues portent des dossiers tout aussi importants : Séverine Saint-Pé a la charge du Schéma Départemental d’Aménagement Numérique (SDAN), Pascale Guittet travaille déjà sur le plan Jeunesse ou encore Marie Desroses, en charge de l’optimisation de la dépense publique, sans oublier Joëlle Peltier, Isabelle Barreau, Claudie Faucher et Sybil Pécriaux rapporteures des commissions Éducation, Tourisme, Jeunesse et Coopération. – J’ai également nommé une femme à la Direction des Solidarités (52% du budget du département), Marion Andrault-David avec rang de Directrice Générale Adjointe. Je connais ses compétences pour avoir eu la chance de travailler avec elle pendant les onze années durant lesquelles j’ai présidé la commission des solidarités entre 2004 et 2015. – J’ai nommé une femme à la difficile fonction de Chef de Cabinet, Sonia Sourice, qui est la seule en Poitou-Charentes à avoir ainsi la charge de tout le fonctionnement de la Présidence d’un département. Nous travaillons ensemble depuis 13 ans. Je sais sa disponibilité et son sens de la collectivité. – Je viens de nommer une femme au poste de chargé de missions auprès du Directeur Général des Services, Hélène Pères-Pénin, qui devient ainsi la plus proche collaboratrice du plus haut niveau de notre Administration départementale. – Au Conseil départemental de la Vienne, la place des femmes n’est pas une question de quotas. Elle est naturelle et s’appuie sur de vrai(E)s talents. C’est dit ! Remonter

          Lundi 8 juin 2015

Seuls les actes comptent

Soutenir les projets des collectivités est le credo du département de la Vienne. C’est le chemin le plus court pour transformer des euros en emplois. Les subventions vitaminent les carnets de commandes des entreprises. Avec Pascale Moreau, nous travaillons déjà au prochain « Plan d’aides aux communes ». Il sera adopté (avec un autre nom) par l’Assemblée départementale dans 6 mois, le 18 décembre prochain, et sera en vigueur dès le 1er janvier 2016 jusqu’en 2021. Mais, sans attendre le vote du budget 2016, nous tenons dès à présent à montrer notre engagement aux côtés des communes pour qu’elles puissent porter leurs projets, le plus vite possible et le mieux possible. La finalité de cette détermination constante, c’est créer les conditions d’un soutien à l’économie locale et donc, à l’emploi. À l’occasion de notre session d’été, qui se tiendra à la fin du mois, du 22 au 26 juin, nous proposerons la suppression de la « commission de recours » qui contraignait les communes à choisir entre une subvention du département et une subvention de l’État. Avec cette « règle », c’était la double peine pour les communes ! Moins de subvention et une perte de temps car il fallait attendre la position de l’État et le niveau de subvention possible (la DETR) pour arrêter une position. Nous proposerons également au cours de cette session des inscriptions de crédits à hauteur de 4 millions d’euros pour répondre aux demandes des communes en attente. Cette session sera quasiment exclusivement consacrée à l’investissement et aux projets des maires. Ceux-ci seront d’ailleurs invités au Conseil départemental le 9 juillet prochain. Nous leur dirons combien nous serons ENGAGÉS à leurs côtés tout au long de notre mandat. Remonter

Lundi 18 mai 2015

Argent public / Capital du 17 mai 2015

Les reportages du magazine Capital (M6) diffusés ce dimanche soir dans un marronnier sur le thème, notamment, « les élus sont bons à rien et ne jouent pas la transparence » rendent service au populisme. Certes, il y a peut-être 0,1% des 550.000 élus locaux « coupables » d’erreurs de gestion et de « mégalo » comme dans toutes les catégories socio-professionnelles. Mais tous les autres, avec les 26 milliards d’euros d’investissements par an qu’ils décident, constituent de fantastiques producteurs d’emplois grâce à l’activité donnée à l’économie locale et aux entreprises dont le travail concourt à l’aménagement du territoire ainsi qu’à la création de services. Leur engagement a transformé les territoires depuis la Décentralisation. La généralisation du « tous pourris » est une insulte au suffrage universel et au bon sens des 40 millions d’électeurs. Les « comités citoyens » et autres « surveillants généraux » sont autant de frein aux engagements dans la vie publique et, par conséquent, au renouvellement de la classe politique. La transparence, les élus savent faire. Je l’ai pratiquée dans tous mes mandats. En tant que Président du Conseil départemental, je dispose d’un seul avantage matériel : une voiture dont je fais usage UNIQUEMENT dans le cadre de mon mandat. Ma seule indemnité de fonction (après retenue à la source) est de 2112 € net. Le nombre d’emplois liés au cabinet du Président est stable, tout comme son budget. A ce sujet, je publierai en fin d’année le budget de fonctionnement du cabinet du président. C’est dit !Remonter

Lundi 11 mai 2015

L’accueil des enfants de 0 à 6 ans, une grande responsabilité pour le Département

Visite de l'Institut départemental pour la protection de l'enfance et l'accompagnement des familles de la Vienne

Visite de l’Institut départemental pour la protection de l’enfance et l’accompagnement des familles de la Vienne

La protection de l’enfance est une compétence du Conseil départemental. Au regard des enjeux humains, nous y portons une attention particulière. Dans le cadre de nos visites « hors les murs », le Service Petite Enfance de l’IDEF 86 (Institut départemental pour la protection de l’enfance et l’accompagnement des familles de la Vienne) nous a ouvert ses portes. C’est l’unique établissement dans la Vienne qui accueille des enfants de 0 à 6 ans confiés par le service de l’Aide Sociale à l’Enfance suite à une mesure administrative ou judiciaire. Le seul aujourd’hui avant l’ouverture du Village d’Enfants en 2016 à Monts-sur-Guesnes qui pourra également accueillir des tout-petits et des fratries. 18 enfants sont actuellement accueillis et pour assurer cette mission, 24 h/24 et tous les jours de l’année, 28 personnes se relaient. L’équipe est composée de médecin, psychologue, psychomotricien, infirmières, éducatrices de jeunes enfants et de quinze puéricultrices pour une prise en charge globale de ces enfants qui comprend aussi un travail d’accompagnement des parents y compris à domicile favorisant le retour en famille pour 70% des enfants. La protection de l’enfance restera une préoccupation majeure pour le Conseil départemental. C’est dit !Remonter

Lundi 04 mai 2015

Poitiers, ville capitale !

La Vienne est forte si Poitiers reste forte. Nos histoires sont indissociables. À l’occasion d’une première réunion de travail avec Alain Claeys, Député-Maire de Poitiers, un point a été fait sur plusieurs dossiers communs importants : – l’ESCEM : le Département confirme son engagement financier à la même hauteur que les années passées pour soutenir l’école de commerce qui doit garder son statut de « grande école ». – la LGV Tours-Bordeaux : le Département attend un maintien du nombre d’arrêts aux gares de Poitiers, du Futuroscope et de Châtellerault. Une rencontre est programmée le 19 mai à Paris avec Jean Auroux, ancien ministre et médiateur RFF, Alain Claeys et Jean-Pierre Abelin, Conseiller Départemental et Maire de Châtellerault. – le collège Henri IV, avec l’hypothèse, à étudier avec l’ensemble des partenaires dont l’Éducation Nationale, de construire un nouveau collège intra-muros. – la construction d’une nouvelle caserne pour les pompiers de Poitiers : elle sera programmée au cours de ce mandat. La ville s’engage à participer à l’opération à hauteur de la valeur du foncier libéré à Pont-Achard. – l’Aéroport de Poitiers : une infrastructure capitale pour notre ville-capitale, pour l’économie, le tourisme, le Futuroscope, la santé (l’aéroport permet au CHU de répondre aux urgences de greffes). Aujourd’hui, ce sont 110.000 passagers qui fréquentent l’aéroport de Poitiers chaque année. Le Département va s’engager pour rendre plus fort notre aéroport. « Nous sommes tous Poitiers ». C’est dit ! Remonter

Lundi 13 avril 2015

Plusieurs temps forts cette semaine du 13 au 18 avril

Ils vont illustrer notre volonté d’une gouvernance attentive aux territoires. Mercredi, première sortie sur une commune pour expliquer une compétence et un engagement du Conseil Départemental. Ce sera à Charroux, en Sud-Vienne, avec la volonté de soutenir la présence éducative en milieu rural : visite du collège, rencontres avec les élus, les parents d’élèves et les enseignants. Mercredi soir, je participe également à mon dernier conseil de communauté du pays Loudunais au cours duquel sera adopté le budget 2015. Jeudi, premier séminaire du groupe Union Pour la Vienne pour mettre en place le calendrier de nos engagements pour la Vienne pour les six années à venir : – le schéma départemental d’aménagement numérique – le plan départemental pour la santé – le plan départemental pour la jeunesse – le schéma routier 2016-2021 – le plan pour les collèges – le schéma départemental du logement – le schéma départemental de l’eau – la mise en application du schéma de l’autonomie et du schéma de l’enfance votés en décembre dernier. Ce séminaire associera nos 28 remplaçants car nous avons été élus à 4 sur chaque canton et nous resterons en équipe au cours du mandat. Cette journée permettra également de préparer notre première session, le 23 avril. Vendredi, assemblée générale des maires de la Vienne. Ils seront aux cœurs de nos préoccupations. Pas d’aménagement du territoire possible sans les élus locaux. J’ai écris à chacun d’eux pour leur témoigner mon attachement et le lien indéfectible qui existe entre nos 281 communes et le Département. C’est dit !Remonter

Lundi 30 mars 2015

Le jour d’après

Le résultat des élections départementales des 22 et 29 mars a dégagé une majorité claire qui permettra de mettre en œuvre le projet que les candidats de l’Union Pour la Vienne ont porté pendant cette campagne. Je souhaite la bienvenue à tous les élus. Deux sur trois auront jeudi matin l’émotion de siéger pour la première fois dans notre enceinte. Je me souviens de la mienne en mars 2001. Notre groupe dispose de 28 sièges sur les 38 de la nouvelle Assemblée départementale. Concernant Poitiers, le résultat n’est pas à la hauteur de la qualité et de l’énergie de nos candidats. Je veillerai à ce qu’ils restent associés à nos débats. Je présenterai ce mardi matin ma proposition d’organisation aux 27 autres membres de notre groupe avec ma candidature à la présidence du Conseil départemental. Je salue d’ailleurs la décision de Guillaume de Russé qui privilégie ainsi notre union. Celle-ci a fait notre force pour cette échéance. Mon objectif est de rendre incontournable notre collectivité et de faire entendre sa voix, sa force et son utilité. C’est dit !Remonter

Lundi 23 mars 2015

La Vienne Positive

Les résultats du 1er tour ont donné aux 72 candidats de l’Union Pour la Vienne 52.600 voix sur les 18 cantons où nous présentions des candidats soit 37,40% des suffrages exprimés. Cela fait de nous la première famille politique du département, nettement devant le PS, le FN (22,54%) et le Front de Gauche. La Gauche est minoritaire (moins de 40% sur l’ensemble du département !). 156.535 électrices et électeurs de la Vienne ont voté ce dimanche 22 mars, illustrant ainsi l’attachement au département et au rôle capital de proximité du Conseil Général. L’abstention est inférieure à ce qui était prédit par les instituts de sondage il y a encore quelques jours. Avec Marie-Jeanne Bellamy, nous sommes élus sur le nouveau grand canton de Loudun au 1er tour avec 52,57% des suffrages. Nous sommes très sensibles à la confiance qui nous est témoignée. Nous remercions toute notre équipe de campagne, nos co-équipiers Joël Dazas et Alexandra Baulin-Lumineau ainsi que l’ensemble de notre comité de soutien (211 adhérents) présidé par Jean Robert, maire de Beuxes, commune où nous réalisons 55,84%. Je remercie également tout particulièrement les électeurs de Loudun où nous avons réalisé 54,72% des voix (soit plus de 2 points que la moyenne), ainsi que ceux de Monts-sur-Guesnes qui ont voté à 68% et nous ont apporté près de 74% des voix ! (notre meilleur score avec Aulnay). Je suis sensible à leur confiance ainsi exprimée pour la 7ème fois depuis 20 ans. À tous, nous disons notre reconnaissance et assurons que notre mobilisation sera totale. Nous sommes satisfaits du recul de 4 points du FN en 10 mois (32,10% aux européennes de mai 2014 et 28,22% le 22 mars 2015). Cette semaine, nous devons continuer à convaincre pour créer les conditions d’une Majorité la plus forte possible pour mettre en œuvre notre projet. Il faut une Majorité claire pour une politique claire. Je serai mardi soir à Mirebeau (20h30) aux côtés de Séverine Saint-Pé et Benoît Prinçay. Mercredi et jeudi après-midi, j’accompagnerai nos candidats de Poitiers-centre car Poitiers doit être représenté plus équitablement à l’Assemblée départementale. Jeudi soir, je serai à Couhé avec Jean-Louis Ledeux et Sybil Pécriaux. Vendredi soir, j’irai soutenir à Lussac-les-châteaux François Bock et Marie-Renée Desroses, les candidats du NON à la LGV Poitiers-Limoges. Ensemble, nous préparons le visage de la nouvelle Assemblée départementale dont l’importance et l’engagement seront réels. Elle sera installée le jeudi 2 avril, quatre jours après le second tour. Nos élus porteront le projet de la Vienne Positive. Si nous disposons d’une Majorité, je leur proposerai d’être leur candidat à la présidence du Conseil départemental. C’est dit !©bbelin_(218) Remonter

Lundi 16 mars 2015

Pour nous, la priorité c’est l’emploi !

L’Union Pour la Vienne dans son programme pour les élections départementales met en avant une volonté très forte d’engagement sur tous les territoires par la définition de plans et de schémas au service des habitants de la Vienne (plan Santé, plan Jeunesse, plan Lgements, États-Généraux de la ruralité…). Le fil conducteur de ce projet départemental, c’est l’investisement. C’est donner la possibilité aux entreprises de remplir leur carnet de commandes. C’est de l’économie de proximité. C’EST DE L’EMPLOI ! La création de logements adaptés pour les seniors, c’est de l’emploi. La construction de nouvelles maisons de santé pluridisciplinaires, c’est de l’emploi. Le mise en place d’un service pour les jeunes en recherche de travail saisonnier, c’est de l’emploi. L’adoption d’un grand schéma routier 2016-2021, c’est de l’emploi. La poursuite du développement des Viennopôles, c’est de l’emploi. Le maintien des services de proximité, c’est de l’emploi. L’appui aux communes pour leurs investissements, c’est de l’emploi. La poursuite d’une politique de projets (notamment avec le « projet Robuchon » à Montmorillon), c’est de l’emploi. Cette volonté politique au service de l’emploi sera complétée par la mise en place d’un axe Insertion-Emploi dont un élu aura la responsabilité. En la matière, on ne peut que regretter l’arrêt par l’État de l’APRE, qui était un dispositif utile d’aide pour la reprise d’activité ou l’entrée en formation qualifiante. C’est dit ! Remonter

Lundi 9 mars 2015

Pour un plan départemental du logement

La future Assemblée départementale doit adopter rapidement un « plan Logement » : – Pour la réalisation de logements adaptés en lien avec le schéma de l’Autonomie dans le cadre du concept de « Silver Économie » initié avec d’autres départements (Alpes-Maritimes, Ardèche, Bas-Rhin…), notamment en ayant recours au potentiel existant grâce à l’habitat ancien vacant dans les bourgs bénéficiant de services de proximité. – Pour la construction de logements locatifs par les bailleurs sociaux départementaux dans les territoires déficitaires. – Pour permettre plus facilement l’accès au logement pour les jeunes (dans le cadre du plan départemental de la jeunesse). – Pour lutter contre la précarité énergétique comme nous l’avons proposé dès 2012 avec la mise en place d’actions de Mesures Expérimentales d’Accompagnement à l’Énergie (MEAE) qui ont permis d’augmenter de 50% le nombre de personnes bénéficiant des tarifs sociaux et conduit à un gain énergétique pour 58% des personnes accompagnées. Ces résultats ont pu être atteints par l’encouragement aux éco-gestes et des interventions sur le bâti. Il faut intensifier cette démarche. Au cours de cette expérimentation (2012 et 2013), le partenariat adopté entre le Conseil Général, le FSL et les fournisseurs d’énergie a réduit le nombre de coupures. Démarche globale couplée avec « Habiter mieux ». Un territoire est dynamique qu’à la condition d’être en capacité d’accueillir et de répondre aux évolutions démographiques. Une politique en faveur du logement permet également de créer les conditions favorables au développement de l’activité des artisans et entreprises du bâtiment. C’est positif pour l’économie locale et pour l’emploi. C’est dit !   Remonter

Lundi 2 mars 2015

Pour la poursuite d’un plan départemental pour la santé

Face aux carences de l’État qui a en charge la « Santé Publique », quelques collectivités locales ont réagi pour tenter d’enrayer l’apparition de déserts médicaux. Le Conseil Général de la Vienne a fait ce choix depuis 2004 à travers plusieurs actions. Les premiers résultats sont connus. Le travail accompli est reconnu. L’Union Pour la Vienne propose de continuer ce plan pour votre santé et d’aller encore plus loin. Il faut poursuivre ce que NOUS avons entrepris avec la création de Maisons de Santé Pluridisciplinaires sur TOUT le territoire et les partenariats avec de futurs médecins grâce à l’attribution d’une bourse départementale en contrepartie d’une installation en secteur déficitaire. Il faut également continuer notre partenariat avec la faculté de médecine de Poitiers. Pour aller plus loin, il faut, au cours de la mandature 2015-2021, engager de nouvelles pistes : – Étendre les bourses départementales à l’ensemble des professions médicales et paramédicales indispensables aux territoires : infirmiers, kinésithérapeutes, sages-femmes… – Étudier avec l’Ordre des médecins la possibilité de créer des permanences ouvertes au public sur les territoires avec le concours des médecins salariés d’établissements. – Se donner les moyens de renforcer et d’étendre les consultations de PMI (Protection Maternelle Infantile) en secteur déficitaire en médecins généralistes. – Développer le partenariat initié par le Conseil Général avec AOSIS (Aide Odontologique de Suivi Itinérant de Soins), déjà présent dans 5 EHPAD, que nous pourrions soutenir pour une implantation plus large sur le territoire à l’attention d’une patientèle fragilisée (personnes âgées, personnes handicapées, titulaires des minima sociaux). – Continuer la progression des bilans de santé réalisés chez les 3-4 ans (plus de 3500 en 2014 contre 3049 en 2010). Votre santé est une de nos priorités. Nous nous engageons à y veiller pour que chacun ait la possibilité de se soigner. Nous devons garantir l’offre de santé et la permanence des soins. Un élu sera en charge des politiques de santé dans la prochaine Assemblée départementale. C’est dit ! Impossible de passer sous silence ce lundi le très bon résultat obtenu par le département de la Vienne dans le classement BFM-Business sur la gestion des départements nous sommes 12ème sur 101 ! La bonne gestion, c’est nous ! Remonter

Lundi 23 février 2015

Pour des États Généraux de la Ruralité

Au cours de la dernière Commission Permanente du Conseil Général, plusieurs élus (poitevins) ont voulu intervenir pour évoquer les difficultés du monde rural. Quelle méconnaissance des raisons de la souffrance du monde rural ! Je vis et travaille depuis bientôt un quart de siècle dans un petit chef-lieu de canton rural de 820 habitants et j’en ai vu l’évolution. Quel est le constat ?

  1. Depuis quelques années, les communes rurales accueillent une population très précarisée qui vient des villes où elle n’a plus les moyens de vivre. La ville créé des problèmes pour lesquels elle n’arrive pas à trouver des solutions. Ces familles ont été obligées de s’éloigner des centres urbains en désespoir de cause. La ruralité n’est pas un choix. L’intégration est donc un défi.
  1. Les collectivités rurales sont asphyxiées par la baisse des dotations de l’État, le manque d’autres recettes au vu des revenus moyens des ménages de nos communes et par la création de charges imposées. Par exemple, la réforme des rythmes scolaires a été un casse-tête en milieu rural pour les familles, les enseignants et les élus, mais est surtout un gouffre financier. Son coût limite les autres actions de services et les investissements créateurs d’activités pour les entreprises et, par conséquent, d’emplois.
  1. Les territoires ruraux font face à une hémorragie incontrôlable des services. Parfois dans une indifférence totale comme lorsque l’État supprime, cet automne, les dispositifs dérogatoires au maintien des petite stations-services de proximité. La fermeture des stations rurales entraîne immédiatement un déplacement géographiques des activités commerciales. En quelques mois, un centre-bourg peut mourir.
  1. Les derniers agriculteurs sont assommés par les normes et les charges. Certains d’entre eux vivent dans l’angoisse de l’heure du passage du facteur annonciateur de factures, de relances d’impayés, de menaces de saisies. Je suis régulièrement témoin de ce mal sourd. Il touche les dernières familles qui tentent de vivre de leur métier, de la terre.
  1. L’immobilier rural soufre de nouveaux critères dont l’absence rend aujourd’hui certains biens difficiles à vendre, voire impossibles. Les arguments « qualité de vie » et « espace » pèsent de moins en moins face aux exigences en matière de couverture numérique ou d’assainissement. Ce sujet est revenu à plusieurs reprises au cours de nos réunions publiques que nous organisons, chaque soir, dans toutes les communes du territoire à l’occasion des élections départementales du 22 mars. La fracture numérique et les déserts médicaux sont des réalités qui désespèrent les élus et la population.

Le sentiment d’abandon du monde rural est vécu très souvent comme une injustice face à laquelle l’envie de révolte existe. Celle-ci s’exprime sous différentes expressions. Les « bonnets rouges » et le vote FN en milieu rural sont de celles-ci. Face à ce constat, il faut des États-Généraux de la ruralité. Il y a URGENCE ! Face à la désespérance du monde agricole, face à la disparition des services au public en milieu rural, face au déclin économique et démographique de certains territoires du département, face à l’injustice du traitement par l’État des collectivités (le montant par habitant de la DGF est deux fois plus petit en milieu rural qu’en ville !). Comment ? Par une politique de soutien à la rénovation de l’habitat ancien vacant en milieu rural avec la création d’un fonds départemental abondé par l’ANAH (création d’un guichet unique pour des logements adaptés en lien avec le schéma et l’autonomie adopté le 19 décembre 2014). Le gisement est énorme et sera créateur d´activités pour les artisans et entreprises du bâtiment. Par un engagement d’une deuxième étape d’amélioration de la couverture numérique du milieu rural avant la fin du SDAN 2015-2019. Par la poursuite de la recherche de professionnels de santé et la création de maisons de santé pluridisplinaires. Les partenariats seront étendus aux paramédicaux (infirmiers, kinésithérapeutes…). Par un engagement du maintien de la présence des services départementaux sur le territoire, notamment les 90 permanences tenues par les services de la Direction Générale Adjointe des Solidarités et le maintien de nos collèges. Par l’obtention de la part de l’État d’un moratoire sur les fermetures envisagées de gendarmeries, de postes, de classes. Aucune décision avant un diagnostic à l’échelle du département. Quand ? Avant l’hiver 2015-2016 Avec qui ? – Les services de l’État, les chambres consulaires et les ordres des professions de santé – L’association des maires et des communautés de communes – Les partenaires acteurs du milieu rural : la MSA, la Poste L’objectif des candidats d’Union Pour la Vienne : faire vivre nos territoires ruraux ! Un élu sera particulièrement chargé de cette politique au sein de la prochaine Assemblée départementale. C’est dit !   Remonter

Lundi 16 février 2015

Propositions pour un Plan départemental pour la Jeunesse

Par de nombreuses politiques, l’Assemblée départementale est déjà très active auprès des jeunes de la Vienne : – Le schéma de la famille, de l’enfance et de la protection de l’Enfance vient d’être reconduit. L’activité de l’Observatoire de la Protection de l’Enfance, créé à l’initiative du Conseil Général, a été saluée par la Préfète de Région et le Procureur de la République le 26 janvier dernier. – Les PMI assurent un rôle de prévention en matière de santé pour les plus jeunes. – Le Conseil Général finance le Fond Départemental d’Aide aux Jeunes (FDAJ) géré par les Missions locales. – Des aides aux vacances sont octroyées aux familles chaque année (40.000€). – Les collèges sont au cœur de notre politique depuis de nombreuses années. Un plan de réhabilitation garantit des locaux et un accueil de qualité. – Les transports scolaires permettent à plus de 17.000 jeunes de rejoindre quotidiennement leur établissement. – Des bourses à l’enseignement supérieur existent ainsi que des bourses pour des études à l’étranger (en lien avec nos partenaires). – L’Université de Poitiers a reçu du Conseil Général plus de 110 millions d’euros depuis 20 ans pour son développement. – la Caravane des Sports anime tout l’été les territoires ruraux. – De nombreux dispositifs financiers existent pour soutenir les activités sportives ou culturelles. – Le Conseil Général a permis la création et le financement de 39 emplois d’avenir dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Nous pouvons aller plus loin par de nouvelles propositions dans un plan départemental pour la jeunesse : – Création d’un Pass-Culture-Patrimoine qui donne à tous les jeunes de moins de 25 ans un accès libre à tous les sites de la Vienne dotés d’un lieu d’exposition permanent sur le territoire. Volonté affirmée d’accès à la culture. – Création d’un Pass-Sport86 à destination de tous les 12-25 ans pour leur permettre la prise en charge du coût de la licence sur simple justificatif de domicile et d’inscription dans un club sportif amateur reconnu par le CDOS (sous condition de ressource). Extension de la caravane des sports à tous les territoires. – Création d’un service départemental du logement des jeunes dans le cadre d’un schéma de l’habitat multi-partenarial (bailleurs sociaux, collectivités, CAF, FSL, fournisseurs d’énergie). Ce service coordonnera les demandes, les offres, le cautionnement en tenant compte des situations (localisation, mobilité, situation familiale). Possibilité d’envisager la subrogation des loyers en lien avec la CAF selon les droits. – Création d’un service départemental de l’emploi saisonnier à destination des lycéens et étudiants de la Vienne en lien avec les chambres consulaires. Possibilité d’étendre ce service aux demandes et offres de stages. – Généralisation d’actions de communication et d’information auprès des collégiens en matière de santé et de sécurité routière. – Réflexions sur la possibilité de mise en place de soutiens éducatifs aux collégiens. Un élu sera en charge de cette politique au sein de l’Assemblée départementale. C’est dit ! Remonter

Lundi 9 février 2015

Oui à la parité !

La prochaine Assemblée départementale de la Vienne élue les 22 et 29 mars sera paritaire. 19 femmes siègeront aux côtés de 19 hommes pour la première fois. C’est un progrès et un atout auxquels nous sommes très attachés. C’est naturel pour un partage des responsabilités à l’image de la société. C’est une chance pour l’équilibre de la réflexion et des décisions. Pour aller plus loin dans le fonctionnement du département de la Vienne, les nominations aux responsabilités politiques devront être également paritaires ainsi que les nominations aux responsabilités administratives. Autant de femmes que d’hommes aux postes-clés. C’est un engagement d’Union Pour la Vienne. C’est dit ! Remonter

Lundi 2 février 2015

Et si on parlait de la ruralité ?…

Dans l’affaire du projet de LGV Poitiers-Limoges, c’est surtout la méthode du Gouvernement qui est scandaleuse. Ce projet constituerait pourtant une nouvelle saignée à travers un territoire rural déjà blessé. Une saignée sur 10.000 hectares ! Un nouveau coup contre le monde agricole ! La ruralité est la grande oubliée du Gouvernement. Après avoir souhaité la disparition du département, le Gouvernement tarde à faire adopter les compétences de la future Assemblée départementale. Résultat : du retard dans la mise en place de certains projets forts par manque de visibilité de l’action publique. « Doit-on faire si c’est bientôt à d’autres de faire ? » avons-nous pu entendre ces derniers mois du côté des frileux. C’est ainsi que la mise en place de la couverture numérique universelle prend du retard. « Il faut attendre les échéances » que le Gouvernement a repoussé cinq fois ! C’est l’espace rural qui est une nouvelle fois pénalisé ! Autre exemple passé totalement sous silence: le fin, cet automne, de l’aide au maintien des stations-services en milieu rural. Nombreuses sont celles qui se maintiennent grâce à un système dérogatoire sur leurs équipements. Les changer dépasse l’entendement par rapport à la rentabilité. Leur disparition risque de retirer une part importante d’attractivité et d’activités à de nombreux bourgs ruraux qui tentent, coûte que coûte, de maintenir leurs commerces. Le maintien des services de proximité est une condition pour garantir l’équilibre des territoires. Il est urgent de décider une politique au service de la ruralité. Certains territoires aimeraient accueillir de nouveaux habitants. Il faut pour cela, et pour soutenir ces communes, une véritable politique du logement, notamment en faveur de l’habitat ancien vacant qui est un réservoir important pour une population en attente comme certaines personnes âgées encore autonomes qui souhaitent simplement se rapprocher des services grâce à des logements adaptés. Cette volonté politique constituerait en même temps un gisement d’activités pour les artisans et entreprises du bâtiment. La volonté politique au service de l’économie locale, donc de l’emploi. J’y crois. Engageons très vite des États-Généraux de la ruralité. La ruralité doit être une priorité. C’est dit ! Remonter

Lundi 26 janvier 2015

Élections Départementales J-55

Le 22 mars approche. Nous devons mobiliser autour de nous pour que la participation à ce scrutin soit la plus importante possible. Les enjeux ne manquent pas. Les compétences de la future Assemblée départementale ne sont que partiellement connues mais un socle fort existe : les politiques de solidarité, le réseau routier, le Service Départemental d’Incendie et de Secours, l’organisation des transports scolaires ou encore le fonctionnement des collèges sur lequel le Sénat a pris position le 20 janvier dernier. Elles touchent ainsi au quotidien des habitants du département. Nous devons en expliquer l’importance. Il est vrai que les compétences des départements auraient dues être fixées bien plus tôt. Si ce n’est pas encore le cas, nous le devons aux nombreuses hésitations et contradictions du Gouvernement sur la place du département à laquelle TOUS sont attachés et dont le fonctionnement est inscrit dans la Constitution. Son avenir est incontournable entre l’action locale des communes et la future « grande région ». Le Gouvernement tente de réduire la place des départements pour minorer la défaite qui l’attend dans 8 semaines. Car le 22 mars, ce sera également l’occasion de sanctionner un Gouvernement incapable de soutenir l’investissement et l’emploi (regardez avec Itron! ), un Gouvernement qui veut imposer la LGV Poitiers-Limoges ! Dans le canton de Loudun, avec Marie-Jeanne Bellamy, Joël Dazas et Alexandra Baulin-Lumineau, nous commençons la mobilisation samedi prochain, le 31 janvier, à 11h45 à Chalais où nous invitons toutes celles et tous ceux qui nous soutiennent à nous retrouver à la salle des fêtes. Nous expliquerons l’importance du 22 mars pour les territoires et pour la Vienne avant de tenir entre le 2 février et le 20 mars une réunion publique dans TOUTES les communes du canton (y compris les communes associées, Rossay, Véniers et les Chauleries !). Le 22 mars, ce sera le printemps des départements. C’est dit ! Remonter

Lundi 19 janvier 2015

Et on reparle de la LGV Poitiers-Limoges…

Nouvelle République, le 18 janvier 2015 Nouvelle République, le 18 janvier 2015[/caption] Avec un décret signé en catimini samedi 10 janvier par le Gouvernement socialiste alors que la France observait un temps de deuil national, Malgré un avis défavorable du Conseil d’Etat. Malgré un avis défavorable de la Cour des Comptes. Sans aucune concertation. Sans consultation des élus. Sans aucune communication. Sans aucune explication. Sans la moindre idée de la façon de financer les plus de 2 milliards d’euros nécessaires. Sans préalable face aux expropriations à venir avec la déclaration d’utilité publique pour laquelle plus de 10.000 hectares et 2.000 exploitations agricoles sont aujourd’hui concernés! Quelle méthode !   Nous condamnons cette façon de faire inqualifiable ! C’est dit !         Remonter

Lundi 12 janvier 2015

La clause de compétence générale : une chance pour l’économie

Le Parlement va prochainement débattre sur l’avenir des collectivités avec le projet de réforme territoriale. Quelles compétences pour les départements ? Aucun doute concernant les politiques de solidarité en faveur des personnes âgées et des personnes handicapées, la protection de l’enfance, l’insertion… Elles resteront. Il est souhaitable que tout ce qui touche à la proximité demeure dans l’action départementale car la proximité permet l’efficacité. Ce sera vrai pour les collèges ou les routes. Comment Bordeaux pourrait être efficace en amont d’une chaîne de décisions pour assurer le fonctionnement du collège de Saint-Savin ou la surveillance hivernale du réseau routier du Nord-Vienne ? Certaines responsabilités doivent pouvoir rester des compétences « partagées » avec d’autres collectivités (régions ou intercommunalités) car elles contribuent à l’identité et à l’animation des territoires. C’est le cas pour le tourisme ou l’action culturelle. Enfin, il faut conserver aux départements, comme pour les communes, la clause de compétence générale car elle leur permet de se doter des outils qu’ils souhaitent pour assurer leur développement. Sans elle, le Futuroscope n’aurait jamais vu le jour. Sans elle, pas de politique de santé dans la Vienne qui a permis la création de 13 maisons de santé pluridisciplinaires et des projets d’installation d’une vingtaine de jeunes médecins. Mais elle permettra surtout à la prochaine Assemblée départementale d’être encore le premier partenaire des communes pour soutenir leurs projets. Dans la Vienne, plus de 20 millions d’euros sont ainsi consacrés aux investissements des communes. Ces projets valorisent le territoire et permettent une activité économique indiscutable grâce aux retombées pour les entreprises locales. Donc pour l’emploi de proximité ! Pourquoi changer ce qui fonctionne ? Ce serait une erreur de faire du département une coquille vide ou un bateau sans âme. Les départements ont su démontrer qu’ils avaient le savoir-faire mais surtout que les services apportés aux habitants sont indéniables.   C’est ça qui compte dans l’action publique ! C’est dit !     Remonter

Jeudi 8 janvier 2015

« Notre pays est en deuil. Les drapeaux sont mis en berne à Monts-sur-Guesnes#attentat #CharlieHebdo #JeSuisCharlie »Je suis Charlie

« Acte intolérable contre la liberté de la presse, valeur de notre démocratie #Fusillade #CharlieHebdo #JeSuisCharlie #Poitiers »

« Horreur et barbarie.Pensées pour les proches et les familles des victimes ainsi que pour les blessés de cet #attentat #FusilladeCharlieHebdo »Remonter

Lundi 5 janvier 2015

Nous, c’est l’Union pour une Vienne qui

rassemble, une Vienne qui gagne ! Pour ce premier lundi de 2015, comment ne pas évoquer l’enjeu du 22 mars ? Quelle majorité pour faire de l’Assemblée départementale une chance pour la Vienne ? D’un côté, la Gauche peine à trouver ses candidats. À tel point que sur le canton de Migné, le conseiller général sortant socialiste de Neuville s’associe à une conseillère municipale minoritaire de… Montamisé, nettement battue aux dernières élections municipales dans sa commune ET battue aux primaires du Parti Socialiste sur le canton où elle souhaitait initialement se présenter. Peu importe la géographie et le suffrage universel, elle est recasée plus loin ! Sur le canton de Lussac, le sortant socialiste, également battu aux élections municipales de mars dernier dans cette ville où l’ambition l’a poussé à abandonner le village dont il était le maire, est contraint de partir en campagne avec une adhérente du Front de Gauche qui, lors des dernières élections sénatoriales du 28 septembre 2014, ne s’est pas privée de dire tout le mal qu’elle pensait de la politique conduite par… les socialistes ! Ça promet ! Seuls 5 conseillers généraux socialistes sortants (sur 17) ont le courage de revenir devant les électeurs. Sur plusieurs cantons, le Parti Socialiste attend son salut de l’arrivée de candidatures écologiques. C’est le cas dans le Loudunais. Quand on lit dans le Journal du dimanche du 4 janvier ce qu’écrit la leader écologiste, Cécile Duflot, sur la politique économique du Gouvernement socialiste, on peut s’interroger face à de telles alliances de circonstance incohérentes et sans avenir. Du côté de la Majorité Départementale, dans chacun des nouveaux cantons, une équipe est investie autour d’une volonté d’Union au service de la Vienne. C’est le résultat de plusieurs mois d’échanges où chacun a pu s’exprimer et être pris en considération dans l’élaboration d’un projet pour notre département. Résultat : pas de dissidence et pas de discordance à deux mois et demi du scrutin. L’Union derrière nos candidats sur Poitiers est d’ailleurs à souligner tout particulièrement. Olivier Chartier au nom de l’UMP, Jérôme Neveux au nom de l’UDI, Nicolas Turquois au nom du Modem et l’équipe NPCP d’Eric Duboc ont contribué à pouvoir présenter des candidats déterminés à faire entendre la voix de Poitiers à l’Assemblée départementale. Je suis convaincu que plusieurs victoires attendent les candidats de la Majorité Départementale sur les 5 cantons qui comportent une partie de la ville de Poitiers. Un gain en sièges à Poitiers constituera une première depuis 1988 ! Ainsi la Majorité Départementale et les candidats d’Union Pour la Vienne sont prêts à travailler pour continuer à faire de la Vienne une terre de projets, une terre de solidarités, au service des territoires, de l’économie et de l’emploi. L’Union Pour la Vienne, c’est la Vienne qui ose et qui réussit.   C’est la Vienne qui rassemble. C’est la Vienne qui gagne ! C’est dit !   Remonter


 

 



slide
Logements Allée du Docteur Rolland
slide
Inauguration du Pôle de Santé de L’Isle Jourdain-Adriers
slide
Visite commentée des journées techniques d’intervention d’urgence sur véhicules
slide
Signature du Contrat Pluriannuel d’Objectifs et de Moyens à l’EHPAD de Verrières
slide
Poitou numérique : déploiement de la fibre optique en Vienne et Deux-Sèvres
slide
Visite de Rentrée au collège Joachim du Bellay à Loudun
slide
Remise du don 2018 de « 500 Ferrari contre le cancer » au CHU de Poitiers
slide
Montée en débit à Vellèches et Usseau
slide
Visite « Hors les Murs » de l’accueil de jour Hélianthe à Loudun
PrevNext

Un élu disponible, au service du territoire !

Lettre d’informations / Newsletter
Réseaux

Retrouvez Bruno BELIN sur les réseaux sociaux :

Facebook   Twitter   Instragram  

Chaîne vidéo

Chaîne vidéo Youtube

Info…
info
Téléchargements

Journal cantonal 2018

 

@brunobelin