Accueil

Lundi 24 avril 2017

Le refus du repli pour la France

Au terme d’une élection présidentielle à la tenue et aux rebondissements si nauséabonds, les français ont fait le choix d’opposer au second tour Emmanuel MACRON à Marine LE PEN.

Ainsi, la droite républicaine est désormais privée de ferrailler pour accéder à l’Elysée pour la première fois de la Ve République, éliminée avant tout du fait des affaires qui touchent notre (ex) candidat et qui ont pris en otage la campagne, occultant tout choix de raison tant sur le programme, que sur la majorité parlementaire et le futur Gouvernement.

Cette élection qui était donnée comme imperdable il y a quelques semaines encore, l’a pourtant été. Beaucoup de leçons devront être tirées une fois le résultat analysé et digéré. Mais la première des certitudes est de fustiger une primaire qui n’a pas raison d’être dans notre famille politique. Cela n’a pas grandi la gauche non plus, le parti socialiste ayant été balayé des radars de la vie politique hier soir.

Les ruines laissées par François HOLLANDE ont conduit le pays à s’engager dans cette impasse. Les extrêmes n’ont jamais été aussi fortes (plus de 40% en cumulé) et les français sont totalement déboussolés voire résignés par la situation actuelle.
Alors que la France doit subir un traitement de choc en matière de réformes, le compromis mou est en voie de l’emporter. La voie du courage est restée au garage.

Malgré mes nombreux désaccords tant sur le fond que sur la forme avec Emmanuel MACRON, la situation m’oblige à faire front contre le Front pour le second tour de l’élection présidentielle. L’Europe, la liberté, l’économie sont autant de points sur lesquels il y a rupture irréconciliable avec Marine LE PEN et aucun doute ne saurait m’emparer. Je refuse le déclin et le repli de la France.

Désormais, nous devrons concentrer toutes nos forces sur les élections législatives à venir. La fracture dont la démonstration a été faite par le résultat du scrutin d’hier soir montre que deux France s’opposent. Au milieu de tout cela, quel(le) que soit la ou le candidat qui emportera l’élection présidentielle dans deux semaines, la tâche sera si rude qu’une majorité parlementaire ne lui sera pas automatiquement attribuée. Et si tel est le cas, elle sera friable. D’autant plus dès lors que le parti En Marche ! compte à peine une quinzaine d’investitures à ce jour et que le Front National ne compte que deux représentants à l’Assemblée Nationale.

Ce combat-là nous le mènerons ensemble, avec force et conviction. Tout doit être fait pour préserver l’unité de notre famille politique. Ne nous lançons pas dans des querelles interminables pour intenter des procès en responsabilité. Ce qui est fait est fait. Regardons devant. Rassemblons-nous. Et tentons de l’emporter.

 

C’est dit.

signature

 


Voir toutes les archives « C’est lundi, c’est dit ! »


 

slide
Inauguration de la Foire expo de Loudun 2014
slide
Visite inaugurale du village flottant de Pressac
slide
Pose de la première planche du Center Parcs (Les Trois-Moutiers -- Morton)
slide
Logements Allée du Docteur Rolland
slide
La Ligne verte
slide
Installation de l'Assemblée départementale - 23 avril 2015
slide
Présentation de la programmation des Heures Vagabondes (12 mai 2015)
slide
Visite Chantier Center Parcs (20 mai 2015)
slide
Visite du SDIS Valdienne (22 avril 2015)
slide
Visite du chantier Maison de Santé de St Gervais
PrevNext

 

Un élu disponible, au service du territoire !

Lettre d’informations / Newsletter
Réseaux

Retrouvez Bruno BELIN sur les réseaux sociaux :

Facebook   Twitter   Instragram  

Chaîne vidéo

Chaîne vidéo Youtube

Info…
info
Téléchargements

Journal cantonal

 

@brunobelin